Décla­rons notre patri­moine, et voyons l’inu­ti­lité


La décla­ra­tion de patri­moine de Jean-Noël Guérini est magni­fique. Elle nous offre un très bon exemple de l’ab­sur­dité de tout le système :

Notre élu gagne 94 250 € par an. Il faut y rajou­ter des probables très fortes indem­ni­tés de repré­sen­ta­tions et autres aides diverses liées à sa fonc­tion.

En sortie il n’y a pas de mutuelle (le Sénat y pour­voit), peu de frais de trans­port (train gratuit, avion peu cher), pas de frais de loge­ment (le premier a été hérité, le second est déjà remboursé – proba­ble­ment depuis facile une quin­zaine d’an­nées vu la date d’achat. Bref, il y a la vie courante et tout ce qu’on a envie de se payer pour son plai­sir, et éven­tuel­le­ment des écono­mies.

Donc avec quasi­ment aucune sortie impor­tante, et des entrées de l’ordre de 100 000 euros au moins… On compte moins de 30 000 € de posses­sions, 20 000 € de parti­ci­pa­tion à une société qu’il a proba­ble­ment créée (vu que non cotée) et … moins 4 000 € de liqui­di­tés. C’est tout, pas d’as­su­rance vue, d’épargne, d’ac­tions en bourse, rien.

Quel inté­rêt d’avoir de telles décla­ra­tions de reve­nus ? Vous imagi­nez qu’a­vec de tels reve­nus on enre­gistre si peu de posses­sions et des liqui­di­tés + épargne qui ne repré­sentent qu’un demi revenu mensuel hors indem­ni­tés ?

Autant dire qu’au mieux tout fuit immé­dia­te­ment dans les posses­sions fami­liales grâce à des accords, et que tout ceci n’a aucun sens. Au mieux.

Donc au mieux on vient de prou­ver par l’exemple la complète absur­dité de ces décla­ra­tions si elles ne sont pas éten­dues au moins à la famille. Sauf que la famille n’a rien demandé et on voit mal au nom de quoi on leur impo­se­rait des contraintes. 

Quand bien même nous étudie­rions ce scéna­rio le moins repro­chable, il serait on ne peut plus inté­res­sant de se poser la ques­tion du « pourquoi, actuel­le­ment, orga­ni­ser la fuite de la tota­lité des capi­taux vers d’autres personnes ? ». Donc plus que savoir si untel est riche ou pas, ce dont je me moque tota­le­ment, on voit bien qu’il y a de quoi réflé­chir et de quoi inquié­ter nos poli­tiques.


4 réponses à “Décla­rons notre patri­moine, et voyons l’inu­ti­lité”

  1. Bonsoir,

    Je me pose la même question. L’exemple de la Norvège qui publie les feuilles d’imposition sur Internet. D’un côté ça me fait bizarre de perdre cette intimité, d’un autre ça permet de se rendre compte de la participation de nos concitoyen aux finances de l’état. Ça empêche aussi de se dire trop facilement «je paye trop d’impôt par rapport à XX», conduisant à plus d’humilité.

    http://www.monde-diplomatique.fr/2010/06/NILSEN/19207e

  2. Quasiment aucune sortie importante, c’est pas si simple. Sénateur-président de CG c’est un certain train de vie et un certain taux de remplissage dans ta vie, qui nécessite de payer un certain nombre de services de commodité. Mais la situation reste très confortable (merci le cumul), et c’est une autre question.

    L’intérêt de la déclaration n’est pas seulement de savoir si l’élu a beaucoup de biens, ce qui n’est pas le plus important. C’est surtout de connaître la nature de ces biens et s’ils posent problème. Si Guérini ne déclare pas certains biens, très bien, il prend un risque, mais le jour où on découvre des biens non déclarés il prend cher. La transparence engage. On l’a bien vu avec Cahuzac : le scandale est plus causé par son mensonge que par son évasion fiscale.

    Après, on est d’accord qu’il ne faut pas accorder une importance démesurée à cette obligation. L’important est ailleurs, dans la prévention et la répression de la fraude, justement.

    • Oh, je me doute bien qu’il a des sorties et un train de vie conséquent, mais 4 000 € de liquidités sans aucune épargne, c’est juste inimaginable. D’autant plus s’il a un train de vie conséquent d’ailleurs.

      Sur l’intérêt de la déclaration c’est bien compris, mais si de l’autre côté tous les fonds sont immédiatement envoyés ailleurs hors de la vue de la déclaration, on ne les verra ni au départ ni à la fin, et ça ne permettra de rien faire.

      Ce qui m’intéressait plus vis à vis de ton opinion c’était justement cette question de la fuite des fonds vers un tiers, du pourquoi et de ce que ça peut cacher dès aujourd’hui.

      D’ailleurs pour Cahuzac ce n’est pas plus son mensonge que son évasion fiscale la vraie question pour moi. Par contre l’origine de la somme est bien plus intéressante.

  3. Pour Cahuzac, je ne dis pas que le mensonge est la vraie question, mais que c’est ça qui fait le plus scandale (par comparaison avec d’autres qui ont fait autant voire pire).

    Bien sûr que la question de savoir d’où vient l’argent et où il repart ensuite est finalement la plus importante (on se fiche que les élus aient beaucoup de patrimoine, s’il est gagné honnêtement), et la déclaration de patrimoine à l’instant t ne règle rien là-dessus. D’où prévention, contrôle, répression… Travail de fourmi, mais je ne vois pas de solution magique pour le moment.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.