Cyclistes, brillez !


Brillez, vrai­ment, parce que c’est dange­reux de vous voir filer à côté de moi tels des ninjas. En plus d’être dange­reux pour vous, ça joue sur la répu­ta­tion des cyclistes et donc sur l’at­ti­tude des tiers vis à vis de moi et leur propen­sion à me mettre en danger.

1️⃣- En pénombre les cata­dioptres avant et arrière sont indis­pen­sables, ceux sur les côtés ne sont pas inutiles non plus.

Ce n’est pas juste un délire des auto­ri­tés, c’est utile.

Pas la peine de vous trans­for­mer en sapin de Noël et mettre des guir­landes partout (même si bon, un vélo avec des guir­landes de Noël c’est sympa) ni même de forcé­ment s’équi­per avec une gilet réflé­chis­sant à chaque sortie. Les auto­mo­bi­listes qui ne veulent pas vous voir conti­nue­ront de ne pas vous voir.

Pour autant, les cata­dioptres obli­ga­toires ne coûtent rien et permettent déjà une visi­bi­lité par dégueu­lasse. Si vous ajou­tez un casque fluo ou quelques auto­col­lants réflé­chis­sants bien placés, vous évite­rez déjà de passer tota­le­ment pour un ninja la nuit.

2️⃣- À l’ar­ri­vée de la nuit, même en ville éclai­rée, les lumières sont indis­pen­sables. Vous voyez mais ça ne veut pas dire qu’on vous voit.

Là aussi, des lumières basiques c’est une paire d’eu­ros. Il n’y a vrai­ment aucune bonne raison de s’en passer.

En fait il faut une lumière d’au­tant plus forte si vous circu­lez en zone urbaine bien éclai­rée. Un phare faiblard peut suffire à être vu dans le noir en campagne. Ça ne suffira pas pour être vu sous les lampa­daires entre les feux, les panneaux publi­ci­taires, les devan­tures et les voitures.

Une forte puis­sance ne gêne pas si vous suivez le point suivant.

3️⃣- Les phares doivent éclai­rer le sol et ne pas dépas­ser le plan hori­zon­tal, donc jamais arri­ver au niveau des pare-brises ou des visages.

Les phares des voitures sont étudiés pour ça, de façon à éclai­rer loin et de façon homo­gène, sans éblouir plus haut que leur hauteur. Côté vélo c’est le cas aussi des phares Edelux ou B&M IQ-X* et de nombreuses marques alle­mandes.

Sur les autres il faut faire atten­tion à les diri­ger vers le bas pour les faire tomber au plus à 30 mètres. On peut véri­fier que ça ne part pas trop haut en se posi­tion­nant à côté d’un mûr.

En géné­ral ça veut dire « surtout pas de lumières sur le casque pour éclai­rer devant vous ». Vrai­ment, ne faites pas ça. Ça suit votre regard, à partir d’une posi­tion haute, et éblouit quasi­ment toujours les usagers de la route en face de vous.

4️⃣- Pas de lumière cligno­tante à l’avant, vrai­ment (idéa­le­ment pas à l’ar­rière non plus même si c’est auto­risé).

Je sais, je ne vais pas me faire des copains sur ce point mais si c’est inter­dit, c’est pour de bonnes raisons.

Les flash empêchent tous les autres autour de vous de se concen­trer correc­te­ment sur autre chose. En pertur­bant l’at­ten­tion des auto­mo­bi­listes, vous mettez en danger les cyclistes et piétons autour de vous. En pertur­bant les autres cyclistes, vous les mettez eux-mêmes en danger direc­te­ment aussi.

C’est très égoïste de mettre en danger tout le monde pour espé­rer être mieux vu vous-mêmes, surtout que c’est une esca­lade vers le pire : Si tout le monde le fait alors ça dégrade la sécu­rité de tous sans mieux voir personne.

Ce n’est même pas vrai­ment posi­tif pour vous : Vous ne passez plus inaperçu mais ça empêche de savoir où vous êtes vrai­ment, et rend impos­sible l’éva­lua­tion de votre distance ou de votre vitesse. Au final ce n’est pas mieux qu’un bon phare vélo fixe, même pour vous.

C’est d’au­tant plus une mauvaise idée que ça se cumule au point précé­dent. Ces lumières ne sont pas géné­ra­le­ment faites pour être orien­tées et diffusent sur un angle très large, éblouis­sant tout le monde au passage.

5️⃣- Évitez ces gadgets qui fonc­tionnent à l’aide d’un aimant sur les roues comme lumière prin­ci­pale.

Ça semble une bonne idée mais on ne vous verra pas. La puis­sance est trop faiblarde pour quoi que ce soit. La fréquence est faible donc on peut faci­le­ment la louper. Pour ne rien gâcher ça se posi­tionne sur le côté du triangle arrière donc peut faci­le­ment être occulté si on n’est pas du bon côté (et d’au­tant plus faci­le­ment que c’est de faible puis­sance à faible fréquence). Même si on vous voyait, on tombe­rait sur des lumières cligno­tantes qui sont à éviter.

Si c’est en lumière secon­daire de faible puis­sance en complé­ment d’un vrai feu arrière fixe, je suis moins affir­ma­tif. Pourquoi pas.

Si par contre c’est l’idée de rechar­ger vos lumières qui vous bloque, on trouve des dynamo fric­tion pour une poignée d’eu­ros.


Ok mais tu conseilles quoi alors ?

J’ai une exper­tise limi­tée sur les réfé­rences, d’autres personnes complè­te­ront surement.

Sans limite de budget je conseille une dynamo dans le moyeu de la roue avant qui alimen­tera un phare vélo prévu pour avoir un flux lumi­neux bien réparti au sol. C’est un confort excep­tion­nel, et on peut lais­ser le phare allumé en perma­nence sans se poser de ques­tion, jour inclus. Le IQ-X de B&M est un excellent choix haut de gamme à 80 € mais vous trou­ve­rez d’autres phares étudiés pour ne pas éblouir chez le même construc­teur.

Sur un budget inter­mé­diaire, la dynamo fric­tion au format bouteille se trouve pour 10 à 20 €. Elle peut être complé­tée par un feu avant entre 20 et 40 € auquel on ajou­tera le feu LED arrière pour 10 à 20 €.

Avec un budget limité, la paire de LED rechar­geables avant et arrière CL 900 de Décath­lon est assez puis­sante pour bien être vu en ville et coûte tout juste 20 €.

Quant aux cata­dioptres, ça peut monter à une dizaine d’eu­ros mais souvent les packs permettent d’équi­per plusieurs vélos pour quelques euros par vélo. Même chose pour les packs d’au­to­col­lants réflé­chis­sants. Votre asso­cia­tion vélo locale fait certai­ne­ment des distri­bu­tions régu­liè­re­ment.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.