Courage poli­tique


Polé­mique sur quelqu’un de mon camp : si c’est faux ou défen­dable, j’es­saie de le défendre ; sinon, j’es­saie de me taire.

Les vieilles pratiques ont la vie dure puisqu’on trouve ces archaïsmes même chez ceux qui militent pour une refonte des pratiques.

Le point posi­tif c’est effec­ti­ve­ment de ne pas aller jusqu’à l’ex­cès de défendre l’in­dé­fen­dable unique­ment parce que le concerné est du même groupe ou parti. On peut cepen­dant voire le coro­laire : Que quelqu’un trouve ça posi­tif de l’ex­pri­mer c’est que ça ne va pas de soi dans le milieu. Rien que ça est hallu­ci­nant.

Mais surtout, il ne serait pas temps de consi­dé­rer que faire de la poli­tique c’est amener des idées plutôt que son propre camp au pouvoir ? Trai­tez moi de naif, mais à la limite le poli­tique honnête devrait être celui qui préfère voir le parti adverse arri­ver au pouvoir avec ses idées plutôt que voir arri­ver au pouvoir son propre parti mais sans ses idées.

La poli­tique qui consiste à être soit posi­tif soit neutre quand c’est dans son camp et soit néga­tif soit neutre quand ça vient du camp adverse, c’est loin de pouvoir récon­ci­lier le peuple avec ses insti­tu­tions.

C’est aussi cette façon de faire qui laisse un parle­ment « chambre d’en­re­gis­tre­ment » et qui laisse passer tant d’hor­reurs simple­ment parce qu’elles ont été porté par un gouver­ne­ment du même parti que la majo­rité.

Et si on se risquait à d’autres pratiques et que (atten­tion c’est révo­lu­tion­naire) on disait ce qu’on pense réel­le­ment ?

Note : Pour que ce ne soit pas mal inter­prété : Je réagis à partir d’un message parti­cu­lier mais ma réflexion n’est pas ciblée sur cette personne, elle est plus globale.


Une réponse à “Courage poli­tique”

  1. Totalement d’accord !!!

    Je me rappelle une fois, au moment des législatives, avoir dit que je préférais voter pour un député d’un parti que je ne soutient pas du tout, mais avec qui j’étais d’accord sur certains point précis et qui avait le courage de défendre ses idées contre son parti à l’assemblée, que pur un parti dont je suis plus proche mais qui n’est jamais présent à l’assemblée et semble défendre des idées qui ne sont pas les miennes. Des collègues m’avaient alors traité d’idiot et de naïf, et dit qu’il fallait mieux voter pour un député du parti qu’il fallait mettre au pouvoir même s’il était mauvais et que je n’était pas d’accord avec ses principales idées. Que c’était comme cela que fonctionnait l’assemblée, qu’il fallait une majorité, et qu’il ne fallait surtout pas faire autrement.

    Ce système d’assemblée ou seuls deux parti binaires » s’affrontent ne ressemble à quelque chose de très démocratique. Si l’on a juste UMP vs PS à l’assemblée, pourquoi avoir besoin de tant de députés ? Actuellement les principaux partis fonctionnent comme à l’armée : tu vote ce qu’on te dit même si t’es pas d’accord ! Et ce n’est a mon sens pas en continuant à voter « parti » que l’on améliorera les choses. Votons pour des représentants, des idées et non pour des partis ! Et laissons les députes, sénateurs, et autres représentant de tout bord exprimer leur idées et non uniquement la doctrine de leur parti !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.