Contrôles au faciès: un ticket pour véri­fier les pratiques poli­cières


Je sais que les articles Media­part sont payants, mais vous devriez vrai­ment vous abon­ner. Cette fois ci on parle des contrôles de police au faciès, sous un angle inté­res­sant, pas unique­ment pour s’en plaindre.

On nous raconte l’ex­pé­rience espa­gnole, où la police remet désor­mais une fiche à chaque personne contrô­lée. Dessus on trouve l’iden­tité du contrôlé, l’iden­ti­fi­ca­tion du poli­cier, mais aussi la raison du contrôle. Le Royaume Uni a d’ailleurs des docu­ments simi­laires.

Rue89 a aussi publié un article sur les contrôles au faciès, montrant bien l’am­pleur du problème. On y parle d’ailleurs du même type de solu­tion, mais du point de vue de la rue et du milieu asso­cia­tif.

Contrôle au faciès, une réalité

Le contrôle au faciès est une réalité. On l’a prouvé par étude en France, et l’ex­pé­rience espa­gnole leur a permis de voir qu’un maro­cain avait presque dix fois plus de chances de se faire contrô­ler qu’un espa­gnol. Savoir et se rendre compte c’est l’es­sen­tiel pour ensuite corri­ger.

Pour couper court à ceux qui pensent que les pré-jugés sont justi­fiés et qu’il vaut mieux contrô­ler un nord-afri­cain qu’un euro­péen parce qu’il est plus souvent coupable, voilà la statis­tique espa­gnole : le maro­cain était contrôlé 9,7 fois plus mais le taux d’in­frac­tion relevé suite au contrôle était 2,4 fois plus faible.

Le biais est connu : À partir de pré-jugés souvent incons­cients on contrôle plus tel compor­te­ment, tel aspect exté­rieur, telle couleur de peau. Plus on inten­si­fie les contrôles sur une mino­rité, plus on trouve de choses, c’est mathé­ma­tique. Plus on trouve de choses, plus on inten­si­fie les contrôles et on justi­fie, cette fois ci consciem­ment, de se concen­trer sur certaines mino­ri­tés. Pour­tant une fois les chiffres objec­tifs établis, le taux d’in­frac­tion par contrôle n’est pas plus élevé (et si on inten­si­fie les contrôles, il devient même forcé­ment plus faible que la moyenne).

Mais surtout, en intro­dui­sant un juge­ment arbi­traire sur l’as­pect exté­rieur ou l’ap­par­te­nance à une origine sociale, une origine géogra­phique, une ethnie parti­cu­lière, on renforce le senti­ment de persé­cu­tion et on casse le peu de respect ou de confiance qu’il pour­rait y avoir. Le poli­cier devient un ennemi.

Le docu­ment espa­gnol

Trois effets immé­diats : 1– le contrôlé connait la raison de son contrôle, ce qui parait tout de suite moins arbi­traire, 2– le poli­cier doit expliquer son contrôle et aura tendance à ne pas le faire unique­ment au faciès, 3– désor­mais il y aura des traces et on ne se basera pas que sur un ressenti s’il y a lieu de se plaindre (ce qui est béné­fique et contre les faux ressen­tis des contrô­lés et contre les faux ressen­tis des contrô­leurs).

Les résul­tats sont posi­tifs en Espagne. La police a pu voir que ses contrôles étaient effec­ti­ve­ment problé­ma­tiques, et les biais ont dimi­nué avec le temps (même s’ils existent toujours). Les maro­cains qui avaient 9,6 plus de chances de se faire contrô­ler, avec pour­tant une effi­ca­cité moindre, n’en ont plus main­te­nant que 3,4 fois plus de chances. C’est impar­fait mais déjà nette­ment mieux.

Mais surtout c’est le nombre total de contrôles qui a baissé, puisque le poli­cier a devoir désor­mais de justi­fier le contrôle. Le nombre a été divisé par plus de trois. En se concen­trant sur de réels éléments au lieu de contrôles au pré-jugés, le nombre d’in­frac­tions consta­tés lors des contrôles a lui bondi de 6 à 17%. On contrôle moins, avec moins de racisme, et avec de meilleurs résul­tats.

Réac­tion française

Là où je pleure sur nos insti­tu­tions c’est avec la réac­tion des français à l’ex­posé espa­gnol :

On apprend par l’ar­ticle que la réac­tion des poli­ciers français a été globa­le­ment un fort inté­rêt pour le fichier des contrôles et son utili­sa­tion en base de données centra­li­sée pour savoir qui était avec qui, où et quand. Non seule­ment ils passent tota­le­ment à côté du message, mais en plus arrivent à perver­tir l’ou­til pour en faire une gigan­tesque base de recou­pe­ments de surveillance et de contrôle.

Seconde réac­tion : Ça va poser problème avec les chiffres de résul­tat qu’on leur impose. Je ne sais mieux vous citer une brève de l’ar­ticle :

Si on nous demande de faire de l’in­frac­tion à la légis­la­tion sur les étran­gers, on est obligé de se tour­ner vers des gens appar­te­nant aux mino­ri­tés. Même s’il n’y a pas de direc­tives franches, on fonc­tionne clai­re­ment sur des critères ethniques. Les jeunes poli­ciers de mon service ont tendance à faire se désha­biller des Réunion­nais, juste du fait de leur couleur et alors qu’ils sont français ! Le dialogue est vrai­ment rompu avec les blacks et les beurs, car ils ont l’im­pres­sion qu’on fait une fixa­tion sur eux, alors que nous ne faisons plutôt une fixa­tion que sur une poli­tique.

Là où ça devient grave c’est que c’est conscient et accepté. Ils font quelque chose d’illé­gal, en sachant que leur action raciste (désolé, c’est le mot) a des consé­quences sociales et sur les mino­ri­tés, mais ils l’ac­ceptent. Là pour moi il y a un réel problème. La police rejette la respon­sa­bi­lité sur la poli­tique mais l’exé­cu­tion vient bien d’eux, les moda­li­tés aussi. Il serait temps qu’ils se réveillent et qu’ils sont autant coupables que celui qui vole pour son grand frère « parce qu’on lui a demandé ». Ils sont sensés proté­ger et repré­sen­ter l’ordre, et à la place sont la source d’un racisme et d’une oppres­sion insti­tu­tion­na­li­sée, qui tourne à l’hu­mi­lia­tion.

La suite n’est pas mieux et on voit qu’il n’y a aucune remise en cause : L’un dit que c’est impos­sible de remplir ça avec ses 60 contrôles d’iden­tité quoti­diens, sans juste­ment comprendre que le nombre exces­sif de contrôles faisait partie du problème.

Je doute qu’on voit arri­ver ce formu­laire chez nous. Nous aurions trop peur de voir ce qui en sorti­rait. Surtout que visi­ble­ment le problème est visi­ble­ment conscient et assumé.

À titre de rappel : Les contrôles en France ne sont léga­le­ment pas faits au hasard. Ils doivent être le fruits de soupçons justi­fiés, ou d’une opéra­tion limi­tée dans le temps et dans l’es­pace, comman­dée par le préfet. On doit avoir une bonne raison pour faire un contrôle d’iden­tité, sinon ça devient un pouvoir arbi­traire.

,

Une réponse à “Contrôles au faciès: un ticket pour véri­fier les pratiques poli­cières”

  1. Je partage tout à fait tes propos à ce sujet mais je me demande si le niveau actuel — rouge il me semble, soit l’avant-dernier qui est écarlate je crois — sur l’échelle vigie-pirate ne permet pas justement des contrôles inopinés voire injustifiés (a priori) ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.