Conflits d’usage de la voie publique


Je ne comprends pas que des enfants avec leurs parents prennent ces routes et ces carre­fours dange­reux les parents sont incons­cients du moment qu’ils fassent du vélo ils sont capables de tout il y a des limites à ne pas fran­chir pourquoi pas la concorde aux heures de pointe

Au-delà du troll qu’est l’au­teur qui a rédigé cette phrase, je la retrouve fréquem­ment sous une forme ou une autre : Les parents seraient incons­cients de faire circu­ler à vélo des enfants dans la circu­la­tion.

Le point inté­res­sant c’est que c’est dit par des auto­mo­bi­listes qui sont la circu­la­tion et le danger en ques­tion.

À quel point alors ne sont-ce pas les auto­mo­bi­listes qui sont incons­cients de prendre la voiture et créer ainsi du danger pour les enfants qui sont eux aussi usagers des mêmes voies ?

Derrière ces phrases se cache un parti pris : Pour ces auto­mo­bi­listes, les voitures sont légi­times. Le danger qu’elles repré­sentent aussi. Les voies publiques leurs appar­tiennent et les tiers n’ont qu’à déga­ger.

Parfois on oublie un peu vite que les vélos, y compris conduits par des enfants, étaient présents sur les voies publiques bien avant les voitures.


3 réponses à “Conflits d’usage de la voie publique”

  1. @n.survol.fr parfaitement.Par contre, l'antériorité n'est pas une légitimité absolue. Je pense que la préexistence du vélo aux motorisés est un argument facile mais peu pertinent car contrable par une vision "progressiste" tout aussi contestable fais courante.Je pense que le refus de l'appropriation de l'espace publique par un mode au détriment des autres est suffisant.

  2. Bonjour,
    Je suis d’accord pour dire que l’antériorité ne doit pas être une justification pour s’approprier l’espace publique. Par contre c’est, à mon avis, un des arguments permettant justement de refuser l’appropriation de l’espace publique par les voitures. Effectivement, il serait bon que personne ne s’approprie l’espace publique.
    La route est longue avant de transformer l’espace publique en bien commun…

  3. J’ai l’impression d’entendre le même type d’argument dans la bouche de chasseurs sur l’inconscience des personnes qui se promènent en forêt.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.