Comment j’ai redé­cou­vert le livre avec le numé­rique

J’ai été un grand lecteur de romans étant jeune. Les Asimov, Prat­chet, Adams ou Zelazny je me les suis enfilé plus vite que je ne pouvais me les procu­rer. Puis j’ai tourné bien moins de pages à partir des études supé­rieures.

Naïve­ment j’at­tri­buais ça à des chan­ge­ments de préoc­cu­pa­tion, au manque de temps, et au rempla­ce­ment de l’ac­ti­vité par mes péré­gri­na­tions sur le web. J’avais encore des rechutes avec beau­coup de livres pendant un ou deux mois mais je ne me rendais pas compte de ce que ça voulais dire.

Pour plein de raisons je me suis embarqué il y a deux ans dans une star­tup sur le livre numé­rique et…

Avec le numé­rique j’ai redé­cou­vert le livre et la lecture.

J’ai accès à un cata­logue bien plus impor­tant que n’im­porte quelle librai­rie ou biblio­thèque, je me les procure à distance à n’im­porte quelle heure n’im­porte quel jour, je redé­couvre des formats courts, des petits prix et surtout des textes diffé­rents que je n’au­rai proba­ble­ment jamais atteint ou oser essayer avec le papier.

Mais avant tout j’ai une liseuse fine et légère dans ma poche de veste qui m’ac­com­pagne partout, qui trans­forme chaque petit temps d’at­tente en temps de lecture et de plai­sir.

Peu importe le flacon, pourvu qu’on ait l’ivresse. Et juste­ment, seul le flacon a changé. La lecture, le texte, le plai­sir sont iden­tiques, renou­ve­lés. Je me suis rendu compte que le livre, numé­rique ou pas, était néces­saire pour mon équi­libre de vie. Les périodes où je lis moins, ce sont aussi celles où je suis plus stressé.

Le manque de temps pour lire était la consé­quence d’un problème pratique.

Avec des horaires de bureau cher­cher et retour­ner mes livres à la biblio­thèque, en dehors de chez moi après 19h le bon jour de la semaine ou en occu­pant mon samedi matin, était devenu trop contrai­gnant. La frus­tra­tion de n’avoir systé­ma­tique­ment pas la suite des livres que je lisais a eu raison de ma moti­va­tion.

La librai­rie avait les mêmes contraintes, des rayons pas beau­coup mieux four­nis, mais des prix pouvant aller jusqu’à vingt euros sur des grands formats qui ne me conve­naient pas.

Et juste­ment, je crois que trim­bal­ler partout un gros livre de poche, deux quand je suis dans les 100 dernières pages, ce n’était simple­ment pas possible. Ne parlons même pas des grands formats, qui ont toujours été une aber­ra­tion pour mon usage.

Le livre numé­rique m’a fait dispa­raitre ces diffi­cul­tés, et m’a permis de reprendre la lecture plai­sir. Tout simple­ment.

Ça pour­rait bien tout chan­ger pour vous aussi.

Le livre numé­rique ne mettra pas à la lecture ceux qui ne veulent pas et ceux qui n’ont aucun attrait pour la lecture. Ce n’est pas une formule magique. Mettre une liseuse dans les mains d’un enfant qui ne lit pas a toutes les chances de ne rien chan­ger, voire de le rebu­ter encore plus.

Ils ne convain­cra pas non plus les collec­tion­neurs et ceux qui préfèrent tour­ner des pages plutôt que les lire. Main­te­nant si vous vous rappe­lez vos livres poches en pile au bas du lit ou à côté de la chaise longue pendant les grandes vacances, jetez un oeil, ça pour­rait bien tout chan­ger pour vous.

Osez, essayez.

Oubliez la tablette Android ou l’iPad, ce n’est adéquat ni sur l’en­com­bre­ment ni sur la concen­tra­tion. Oubliez, oh s’il vous plait, la lecture d’un PDF sur écran d’or­di­na­teur.

Osez la liseuse. Forcez-vous à l’avoir avec vous dans le sac à main ou dans la poche de veste. Dépas­sez le rejet initial qui vous vient des habi­tudes smart­phone ou tablette et lisez un roman, un titre qui vous plait vrai­ment, en entier. Dans le bus, le métro, la salle d’at­tente du méde­cin.

Laquelle ? Vous aurez une bonne expé­rience avec n’im­porte laquelle des cinq premières liseuses recom­man­dées. Évitez juste de céder à la tenta­tion du meilleur prix : Si c’est pour vous dégou­ter de la lecture numé­rique et lais­ser la liseuse au fond d’un tiroir, ce sera toujours une mauvaise affaire.

2 commentaires

  1. Je n’avais jamais été un grand lecteur….
    Mais depuis que j’ai une liseuse je ne peux passer un jour sans lire…
    Je me reconnais un peu dans cette histoire…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *