Ce n’est pas une ques­tion d’hu­mour


Elle renverse son dessert sur sa jupe toute neuve. Hugo lui lance le désor­mais fameux « elle a la trem­blotte, c’est trem­blot­tine ! » avant que tout le monde n’en rie de bon cœur. Elle aussi. Pas de réelle méchan­ceté, juste de l’hu­mour, même si un peu bête.

On parle de trem­blot­tine quand quelqu’un rate un jet évident au sport ou quand quelqu’un fait tomber quelque chose à terre. On en fait même des blagues, certaines assez drôles et bien pensées, d’autres basiques mais qui fonc­tionnent quand même.

C’est de l’hu­mour, et personne ne cible vrai­ment Juliette, mais tout le monde fait quand même réfé­rence à elle.

Au fur et à mesure c’est vécu comme du harcè­le­ment, même si personne n’a cette inten­tion. Elle ne peut plus échap­per à l’évo­ca­tion du person­nage qui a été créé à côté d’elle. La petite Juliette a bien tenté d’y mettre le holà mais elle s’est vite fait rétorquer que ce n’était que de l’hu­mour, qu’elle devait accep­ter le second degré.

Depuis, les élèves ne la choi­sissent plus au sport pour consti­tuer les équipes. Même l’ins­ti­tu­trice et les parents ne font plus appel à elle quand ils ont besoin d’un volon­taire pour une tâche déli­cate. Elle n’est pas plus mauvaise qu’une autre en sport et est même plus atten­tion­née que la moyenne, tout le monde le recon­nait quand on le demande sérieu­se­ment, mais l’in­cons­cient joue à plein.

L’an­née dernière elle a perdu tous ses moyens sur une tâche d’adresse à réali­ser devant une foule, parce qu’elle s’est mis une pres­sion forte à devoir prou­ver qu’elle n’était pas trem­blot­ti­ne… ce qui a juste­ment montré le contraire a ses cama­rades.

Aujourd’­hui elle évite de se mettre dans une telle situa­tion. Même si elle sait que c’est juste une étiquette, elle a inté­gré qu’elle n’est peut être pas aussi adroite que les autres, qu’elle n’a pas forcé­ment matière à viser les travaux d’adresse. De toutes façons on ne lui donne­rait pas, pas sans qu’elle prouve deux fois plus que les autres qu’elle y a droit.

Aujourd’­hui, non seule­ment elle n’est pas adroite, mais en plus elle manque d’hu­mour.


Nous avons tous connue un ou une trem­blot­tine à l’école, ou quelle que soit la moque­rie en jeu. Certai­ne­ment plusieurs même. Nous ne faisons pour­tant pas mieux à l’âge adulte. Nous passons juste à une autre échelle, mieux accep­tée, moins person­nelle.

* * *

J’ai vécu des années sans comprendre, reje­tant ceux qui expliquaient jour après jour, parfois patiem­ment et poli­ment. Il est telle­ment facile de croire que ce sont les autres qui ne comprennent rien.

Depuis que le cap de la compré­hen­sion est passé, j’ai beau­coup de compas­sion pour ceux qui conti­nuent, inlas­sa­ble­ment, à tenter d’ex­pliquer encore et toujours la même chose, avec patience. Merci à vous, fémi­nistes, d’avoir fait entrer ça dans ma caboche il y a quelques années, à force de répé­ti­tion et de calmes expli­ca­tions polies. Je ne sais pas si j’au­rais eu votre courage.

* * *

Est-ce de l’hu­mour, du second degré ? Peu importe. C’est une réponse à côté de la plaque. Personne n’est là pour juger si c’est drôle ou pas. Le problème c’est de renfor­cer toujours la même fausse image jusqu’à en faire un harcè­le­ment, même s’il est invo­lon­taire. Les dommages humains sont réels, et abso­lu­ment pas aussi légers que la bonne blague.

On peut certes rire de tout, mais on a aussi une respon­sa­bi­lité quand on renforce encore et toujours les mêmes faux stéréo­types, quand outre l’hu­mour on contri­bue aussi au harcè­le­ment. L’im­pact est réel, concret, durable, bien plus que le sourire obtenu pendant 5 secondes.

Il y en a aussi quelques uns sur les bruns et les hommes ? Possible, mais pas autant, et c’est surtout oublier que le même mot d’hu­mour n’a pas du tout la même portée et le même impact quand il s’ap­plique au domi­nant ou au dominé.

Notre droit à rire de tout est-il vrai­ment plus impor­tant que leur droit à vivre sans harcè­le­ment, préjugé ou discri­mi­na­tion, quand bien même ce serait invo­lon­taire et incons­cient ? Fina­le­ment, c’est un peu ça la ques­tion.

Si je ne rigole pas à ces blagues, si je soutiens l’agaçant person­nage qui parle de sexisme, si moi même je joue les rabats-joie, ce n’est pas une ques­tion d’hu­mour ou de second degré, c’est une ques­tion de société dans laquelle je souhaite vivre.

* * *

Je ne suis pas d’ac­cord avec tout, surtout sur les solu­tions à appor­ter. Je fais aussi mes erreurs, ai parfois des mots malve­nus. Je ne suis pas forcé­ment meilleur qu’un autre.

Parfois je les regrette rapi­de­ment. Parfois je refuse de voir et d’en­tendre. Pouvoir être léger en restant aveugle au reste est telle­ment confor­ta­ble…, surtout quand on est soi-même bien à l’abri. Il m’ar­rive même proba­ble­ment de parfois reje­ter ceux qui me le font remarquer, ces gens patients et coura­geux. J’es­père juste que c’est de plus en plus rare.

On ne sort simple­ment pas d’un claque­ment de doigts d’une ornière construite pendant des années. On y revient dès qu’on ne fait pas atten­tion. L’im­por­tant pour moi est déjà de cher­cher acti­ve­ment à en sortir.

Je n’ai aucun dédain à casser le rire. S’il me manque trop souvent le courage de ne pas lais­ser faire, au risque de partir dans une trop longue embrouille, je n’ai au moins simple­ment aucune envie de parti­ci­per. Lais­sez-moi ça.

J’ad­mire ceux qui réagissent et expliquent, de façon construc­tive polie et patiente, tout en sachant qu’ils vont quand même passer pour les casse-pieds de service, pour ne pas dire pire. Merci à eux. Merci à vous.

,

Une réponse à “Ce n’est pas une ques­tion d’hu­mour”

  1. J’ai des noms, mais je ne sais pas si vous souhaiteriez que je vous identifie ici, alors j’espère que vous saurez vous reconnaitre, du moins pour celles et ceux qui me lisent encore après toutes ces années.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.