Worried about online porn? Don’t regu­late the net – regu­late your kids


Je n’ai jamais envi­sagé ça ainsi, mais ça prend vite du sens : Le problème avec le Porno c’est qu’on essaye de régu­ler le réseau au lieu de régu­ler les enfants voire les parents.

Fran­che­ment, est-il sain de brider, surveiller, et modi­fier la nature même du réseau et de ce qu’il peut appor­ter unique­ment pour permettre à des parents d’aban­don­ner leur surveillance et de lais­ser l’ou­til dans les mains de leurs enfants sans avoir à opérer leur rôle ?

Worried about online porn? Don’t regu­late the net – regu­late your kids

Jusqu’à présent j’ai toujours consi­déré que le risque était celui d’une domi­na­tion de l’ordre moral mais cela pour­rait être encore plus idiot : Sommes-nous en train de casser ces superbes outils que sont Inter­net et le web juste pour donner un peu plus de confort à quelques uns ?


3 réponses à “Worried about online porn? Don’t regu­late the net – regu­late your kids”

  1. Etrange cette vision … Peut être l’argumentation contre un extrême peut quelque fois nous faire pencher vers un autre
    Difficile de dire que le marché a le droit de diffuser n’importe quoi et que ce sont les parents ou mêmes les enfants qui seraient responsables d’y avoir accès.
    La vie en société n’est pas qu’une affaire de responsabilité individuelle et d’auto-discipline, la régulation est aussi parfois nécessaire.
    Je ne tomba pas pour autant dans le ‘camp’ adverse et ne dis pas que je suis pour la régulation totale de la diffusion sur internet. Mais de là à tout accepter …
    Et puis cet argument récurrent sur les parents qui devraient assumer leur rôle d’éducation et de surveillance. Je le trouve plutôt symptomatique d’une période ou on a du mal à concevoir l’organisation de la vie en société.
    J’exagère pour me faire comprendre : Rien ne doit être interdit, nous ne devons pas être contraints, les enfants ont un problème avec cette liberté ? C’est la responsabilité des parents qui doivent surveiller et éduquer (sans contraindre non plus bien entendu ==> voir le 1er postulat)

    • Mais justement, les gens ont le droit diffuser du porno. D’autres ont le droit de le regarder sans avoir à faire se déclarer auprès de tiers comme « voulant le regarder ».

      Ce n’est pas extrême, c’est aussi bêtement la loi et l’équilibre qu’on a trouvé dans notre société : Ce n’est pas à l’état de dire ce qui est bien ou mal pour peu que ça ne pèse pas outre mesure sur autrui. Nous critiquons d’ailleurs suffisamment les pays qui décident que le corps d’une femme est interdit pour ne pas envisager de faire pareil (même si à un niveau bien moindre). Ce serait très dangereux pour la liberté d’expression que de considérer ça comme interdit.

      Le problème n’est d’ailleurs pas Internet. Du porno ou de la nudité très explicite il y en a bien ailleurs. On a des films violents, on a des discours politiques qui ne doivent pas être dans les oreilles de jeunes enfants, on parle de guerres, de meutres, de torture à la télévision et dans les livres, etc.

      Faut-il interdire tout ça ?

      En allant plus loin parce que le sujet est réel et a déjà fait des vagues : Est-il interdit de dire publiquement que le père noël n’existe pas sous prétexte que certains parents veulent que leurs jeunes enfants ne l’entendent pas ?

      Où s’arrêterait la limite dans ce cas ?

      Notre limite de société est assez claire là dessus finalement justement.

    • J’ai juste le sentiment désagréable qu’ il faut être obligatoirement dans un camp ou dans l’autre.
      Personnellement, je ne suis pas contre les libertés mais ça me choque que des enfants (et des adultes) aient accès en 2 clicks à des horreurs (et je ne parle pas de nudité)

      Quant à accepter une horreur parce qu’il en existe d’autres, oui parce que ce serait autorisé, ça ne me convient pas non plus intellectuellement

      Enfin, je dis ça, je ne suis pas non plus un intégriste ;) Je pense que cela est sans doute un mal nécessaire vu l’état actuel de la techno qui nous pousse au ‘tout ou rien’ en matière de régulation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.