Vélo : Rapports et déve­lop­pe­ment


Faute de pouvoir avoir la dispo­ni­bi­lité du vélo de mes rêves en maga­sin, je tourne en rond sur les compa­ra­tifs et les fiches tech­niques, explo­rant chaque détail que je ne connais pas encore.

Ces jours ci j’ai fait atten­tion au nombre de dents des plateaux et des pignons et j’ai eu quelques surprises.

J’ai un peu de mal à savoir quelle est la plage de déve­lop­pe­ment qu’il me faut. Aujourd’­hui j’ai un 3×7 clas­sique qui me met entre 2,2 mètres et 7,7 mètres. Je n’uti­lise jamais le plus petit rapport mais j’ai tendance à trop forcer sur les pédales et je l’uti­li­se­rais proba­ble­ment faci­le­ment en montée sur une rando avec les sacoches. Il m’ar­rive d’uti­li­ser le plus grand sur du plat mais, là aussi, ma marge de progres­sion est plus sur l’aug­men­ta­tion de la cadence de péda­lage que sur l’uti­li­sa­tion de rapports plus impor­tants.

Un vélo qui va vite. Dans mes recherches, je vois des vélos avec des déve­lop­pe­ments maxi­mum qui vont de 6,8 à 10 mètres. 10 mètres. On approche les 40 km/h et les 470 W d’ef­fort sur du plat pour une cadence de 65 tr/min. C’est certai­ne­ment très bien pour un vélo de route mais ça me parait élevé pour un vélo mix en cintre droit orienté ville et petite rando.

Un vélo qui se traine. À l’in­verse j’ai croisé des vélos avec un déve­lop­pe­ment maxi­mum de 6,8 mètres. Sur plat ça parait court même pour moi, non spor­tif. Pour peu que ça descende un peu, avec les sacoches pour faire un poids vers la descen­te…

Un vélo qui passe de l’un à l’autre. Celui qui me gêne le plus c’est celui qui dans sa révi­sion 2021 a ses déve­lop­pe­ments qui ont pris +30%. C’est quasi­ment le seul chan­ge­ment entre le modèle 2020 et le modèle 2021, et il faut faire atten­tion à comp­ter les dents pour le remarquer. 30% ce n’est pas rien quand même, ça change toute l’uti­li­sa­tion du vélo.

Bref, désor­mais je compte les dents, calcule mes rapports. Malheu­reu­se­ment tous les reven­deurs ne précisent pas ces rapports pour les vélos de ville, surtout quand il y a en jeu un moyeu qui fait boite de vitesses.

Moi qui avais sur un vélo regar­dait essen­tiel­le­ment la couleur et éven­tuel­le­ment le poids…


La base de calcul c’est :

braquet = (nombre de dents du plateau) / (dents du pignon)
braquet moyeu = (braquet) x (multiplicateur du boitier de vitesse)
développement = (braquet moyeu) x (circonférence de la roue)
vitesse = (développement) x (cadence de pédalage)

Le déve­lop­pe­ment c’est la distance parcou­rue si vous faites un tour de pédale aux plateau, pignon et sélec­teur de vitesse choi­sis. Évidem­ment, plus le déve­lop­pe­ment est long, plus l’ef­fort à four­nir est impor­tant, et inver­se­ment.

Certains sites vous permettent de calcu­ler tout ça et vous donnent même l’ef­fort à four­nir en fonc­tion de la pente et du poids.

L’idéal étant — je ne l’ai pas fait — de faire mesu­rer son niveau d’ef­fort raison­nable sans forcer, comp­ter le poids, les pentes qu’on veut pouvoir monter, et voir les rapports mini­mum/maxi­mum à mettre en œuvre pour que ça fonc­tionne.

J’avoue être assez curieux mais je ne sais pas où on peut faire cette mesure d’ef­fort.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.