Un local vélo dans la copro


La copro ouvre la discus­sion sur la créa­tion d’un local vélo sécu­risé sur le terrain de l’im­meuble. Je suis surpris mais je dis chiche parce qu’aujourd’­hui je monte et descend mon vélo chaque jour dans l’es­ca­lier.

Et là je suis preneur de vos lumières sur le nombre d’em­pla­ce­ments, sur ce qui peut consti­tuer un local sécu­risé ou non, sur les arceaux à mettre en place, sur les règles à mettre en place pour éviter les occu­pa­tions ventouses, etc.

Empla­ce­ments

Il y a 35 copro­prié­taires, quelques studios, des personnes âgées, mais aussi des familles (et les personnes âgées ont tendance à être rempla­cées par des familles donc il faut prévoir aussi l’ave­nir).

Je n’ai pas le nombre de rési­dents mais j’ima­gine que s’il faut permettre un vélo à tous ceux qui en ont un, ça risque de faire entre 60 et 100 places, et j’ima­gine qu’on va trou­ver ça dispro­por­tionné ou infai­sable.

On peut imagi­ner limi­ter l’usage unique­ment aux vélos qui bougent plusieurs fois par semaine. Là on risque de tomber en dessous de la ving­taine, peut-être même de la dizaine (pure suppo­si­tion) mais ça quand même non nul et ça demande de mettre un para­graphe sur le règle­ment de la copro pour s’as­su­rer qu’on puisse faire reti­rer ceux qui ne bougent pas.

Quelqu’un a-t-il déjà mis en place une telle règle ? Comment ça se formule ?

La sécu­ri­sa­tion

Il y a des arceaux peu ou pas utili­sés sur l’es­pace public juste au niveau du portail. On parle donc de construire un espace suffi­sam­ment sécu­risé pour lais­ser des vélos la nuit, pas juste quelques heures en jour­née.

On a eu des vols dans les caves, sur les balcons, et même un cambrio­lage au rez de chaus­sée. C’est rare mais ça arrive et un local vélo va atti­rer les mauvaises inten­tions. L’en­trée de la rési­dence elle-même ne sera pas une barrière sérieuse.

Bref, il va falloir penser sécu­risé. J’ima­gine au moins un système bien ancré au sol qui ne se découpe pas aussi faci­le­ment qu’un anti­vol. Je suis preneur de réfé­rences.

Ils sont prêts à un local fermé. Et juste­ment, il faut penser quoi comme local ? Qu’est-ce qui est faisable si on imagine la version déme­su­rée à 50+ empla­ce­ments ? et pour la version à 10 empla­ce­ments ?

Un local fermé empê­che­rait les vols d’op­por­tu­nité mais proba­ble­ment pas deux malins qui arrivent avec une disqueuse en pleine nuit. Est-ce que je peux faire quelque chose contre ça ? Genre un local en dur suffi­sam­ment solide ?

Sinon, est-ce qu’une alarme sonore qui réveillera les voisins suffi­rait ?


J’ou­blie certai­ne­ment plein de choses. À quoi dois-je penser ? Vous avez des réfé­rences ?


4 réponses à “Un local vélo dans la copro”

  1. J’ajouterai penser aux vélos de tous types : avoir quelques places au moins pour des longtails, vélos cargo, tricycles. Un passage pas assez large et pouf un longtail qui déborde et bloque le chemin, ou n’est pas capable de prendre le virage pour se garer.

    Sinon, voir loin (éviter de refaire des travaux dans 10 ans pour agrandir) et ambitieux. Le vélo va continuer à se développer et, surtout en ville, avoir assez de places sécurisées deviendra (j’espère) un critère de choix de logement.

    Quelques références :
    – Il y a une évolution de la réglementation du stationnement des vélos qui entre en application le 25 décembre https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000045964197 Le texte en lui-même est un peu obscur, mais il y a des implications pratiques (espacement des points d’attache…). Pas réussi à retrouver un article de vulga que j’avais vu passer :-/, mais ça vaut le coup de creuser
    – Le guide pour installer un stationnement vélo sécurisé de la FUB https://www.fub.fr/sites/fub/files/fub/Actualites/alveoleplus_guide_stationnement_20221115_vf.pdf (édition novembre 2022). Globalement, si tu ne l’as pas fait, je te conseille assez fortement d’aller contacter l’asso vélo du coin (adhérente à la FUB) s’il y en a une.

  2. Bonsoir,

    Dans ma résidence, d’à peu près autant de logements, nous avons un local maçonné et couvert, fermé par une porte métallique qui s’ouvre avec une clé sécurisée que toutes les clés de logement peuvent ouvrir.

    Ce local doit mesurer environ 10 mètres par 3. Sur la longueur, des barres sont fixées en hauteur avec des crochets libres de deux longueurs différentes en alternance (pour que les guidons ne soient pas au même niveau). Un peu comme sur cette image https://i.pinimg.com/originals/73/86/38/7386383e4b835062b194b4a75b636f86.jpg mais chaque crochet dispose aussi d’un anneau où passer l’antivol.

    Retour d’expérience :
    – avec l’arrivée du froid, j’ai l’impression d’être le seul à ouvrir et fermer ce local.
    – de manière générale, il faut une porte qui se ferme toute seule quand on la lâche, parce que très rares sont ceux qui font donner le tour de clé…
    – le fait de ne suspendre les vélos que d’un côté est un point positif, cela permet de poser, tandems, cargos et autres au sol, par ailleurs les femmes peuvent aussi trouver un peu de place pour ne pas avoir à lever leur vélo pour le suspendre
    – les vélos s’entassent rapidement, et je pense qu’il faudrait régulièrement étiqueter tous les vélos, et demander aux propriétaires d’enlever l’étiquette pour montrer qu’ils s’en servent, puis lister et décider que faire des autres.

  3. J’ai l’impression de vivre sur une autre planète quand je vois ces craintes niveau sécurité, donc je n’ai pas vraiment d’avis la dessus (chez moi, les vélos sont en vrac, sans antivols, dans un local fermé par un verrou premier prix…)
    En tout cas, essayez de demander l’avis aux voisins concernés si vous mettez une alarme.

    Mais histoire d’être constructif : Je confirme que les vélos abandonnés seront rapidement un problème, donc prévoyez une procédure pour les enlever (et je dirais, autoriser la personne qui le fera à en faire ce qu’elle voudra, y compris les garder pour elle, afin que ce ne soit pas juste une corvée).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.