Un Insta­gram de Fleur Pelle­rin et le musée d’Or­say auto­rise enfin les photos

Le musée inter­dit les photo­gra­phie. La ministre prend une photo­gra­phie. Le musée change de poli­tique suite à la polé­mique. Inin­té­res­sant… sauf la fin :

« A la demande de la ministre de la Culture et de la Commu­ni­ca­tion, le président des musées d’Or­say et de l’Oran­ge­rie a pris la déci­sion de lever l’in­ter­dic­tion de photo­gra­phier dans les espaces des deux musées. Cette déci­sion est appli­cable immé­dia­te­ment.

L’usage du flash, des perches à selfies et des trépieds reste cepen­dant pros­crit. Des restric­tions peuvent aussi être prévues dans les expo­si­tions tempo­raires à la demande des prêteurs. »

Sauf que cette dernière restric­tion est juste­ment l’objet du débat. La loi précise expli­ci­te­ment que l[e droit d]’auteur ne saurait inter­dire les copies à usage privée du copiste, dont les photo­gra­phies.

Quand l’in­ter­dic­tion est moti­vée par d’éven­tuelles ques­tions pratiques (occu­pa­tion de l’es­pace, circu­la­tion, etc.) il y a débat, mais inter­dire les photos parce que le déten­teur souhaite en garder le mono­pole, c’est typique­ment un abus du droit d’au­teur, un copy­fraud, avec la béné­dic­tion des musées publics qui ont théo­rique­ment pour rôle la diffu­sion de la culture.

Il y a défi­ni­ti­ve­ment du chemin à faire…

 

Publié le
Catégorisé comme Culture

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *