Un élec­teur sur deux favo­rable au vote sur inter­net


Je pour­rais vous dire que tous les essais de vote élec­tro­nique ont montré des erreurs ou des failles de sécu­rité nette­ment plus impor­tantes que ce qui est possible sur des votes papier.

Je pour­rais vous dire que l’es­sen­tiel des pays qui ont étudié la ques­tion voire qui ont mis en pratique le vote élec­tro­nique ont ou sont en train de faire marche arrière.

Je pour­rais vous dire qu’en l’état de nos connais­sances, sachant que les États savent infec­ter les firm­wares de carte mère ou même ceux des disques durs pour créer des chevaux de troie extrê­me­ment complexes, il est en pratique impos­sible de s’as­su­rer de quel logi­ciel tourne effec­ti­ve­ment sur le serveur inter­net ou la machine à voter, et donc d’avoir confiance dans le résul­tat.

Je pour­rais vous dire que même si ce n’était pas le cas, le citoyen lambda est tota­le­ment inca­pable de véri­fier le fonc­tion­ne­ment ou la sécu­rité d’un système de vote élec­tro­nique, et que cette capa­cité de véri­fi­ca­tion est le socle de la confiance et du vote démo­cra­tique.

En fait je vais simple­ment vous dire qu’aujourd’­hui, malgré toutes les intel­li­gences qui s’y sont penchées, nous ne savons pas faire un vote élec­tro­nique qui ait à la fois un résul­tat véri­fiable et des votes anonymes. C’est soit l’un soit l’autre, même si nous arri­vions à sécu­ri­ser tota­le­ment le système. Malheu­reu­se­ment les deux sont tota­le­ment indis­pen­sables au proces­sus.

Que notre secré­taire d’État au numé­rique envi­sage le vote par Inter­net comme solu­tion à l’abs­ten­tion aux élec­tion relève soit de l’im­pro­vi­sa­tion complète au point de n’en avoir parlé avec aucun conseiller, soit de la malhon­nê­teté à propo­ser une solu­tion dont on connait la dange­ro­sité extrême.

Rien que cette sortie poli­tique au lende­main du lance­ment de la campagne de finan­ce­ment de La Quadra­ture du Net, justi­fie de vite faire un don. Nous jouons le futur de notre démo­cra­tie, rien que ça.

Le site est vieux, moche, mais ordi­na­teurs-de-vote contient une multi­tude d’in­for­ma­tions pour ceux qui veulent en savoir plus.


Une réponse à “Un élec­teur sur deux favo­rable au vote sur inter­net”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.