Un cade­nas pour mon vélo

Je ressors mon vélo et j’ai perdu la chaîne que j’uti­li­sais. Je me suis donc rensei­gné par quoi la rempla­cer. Voilà mes résul­tats :

Aucun cade­nas ne tient plus d’une grosse minute
face à un voleur et un équi­pe­ment portable à 100 €

Sérieu­se­ment. Même les gros U qui arrivent en tête des clas­se­ments indé­pen­dants sérieux comme ART ou Sold Secure. Un petit tour sur Youtube vous reti­rera toutes vos illu­sions.

Bref, un gros anti­vol sérieux permet de tenir plusieurs heures en jour­née et dans un endroit passant, mais il s’agit essen­tiel­le­ment de parier que les vélo à côté seront plus faciles à voler. Si votre vélo est cher ou que le quar­tier est désert, vous êtes foutu de toutes façons.

Comment on casse un anti­vol ?

Le plus simple c’est avec une bonne pince. Les câbles cèdent immé­dia­te­ment. Les U et les chaînes de moins de 13mm ne tiennent pas forcé­ment beau­coup mieux, surtout les bas de gamme avec un métal non durci.

Ensuite vient la barre à mine. On passe dans la barre dans l’an­ti­vol et on tourne pour faire levier / torsion. Tous les pliables et flexibles finissent par casser à ce petit jeu, à mains nues en quelques dizaines de secondes. L’Abus Bordo Granit X est nette­ment mieux noté que les autres mais il cède aussi.

Même avec une bonne épais­seur, le bas de gamme cède en quelques dizaines de secondes tout au plus. Aucun n’uti­lise d’acier cémenté donc la découpe est aussi faisable même sur une grosse épais­seur. En réalité ça cède de toutes façons encore plus rapi­de­ment en forçant la serrure ou en tapant un gros coup sur le boitier après l’avoir gelé avec un spray à azote.

Oh, et oubliez les trucs super inno­vants promu sur Kicks­tar­ter, genre le Lite­lok ou le Altor 560G. Sur les vidéos, ça cède en réalité plus faci­le­ment qu’un U milieu de gamme.

Alors quoi ?

Il reste les grosses chaînes à partir de 16mm d’épais­seur et les U haut de gamme en acier cémenté à partir de 13mm d’épais­seur. Ces derniers perdent en souplesse mais gagnent en légè­reté.

Même si c’est contre-intui­tif, les versions « mini » sont plus sûres parce qu’elles laissent peu d’es­pace au voleur pour inter­ve­nir. En échange, forcé­ment, vous avez vous aussi moins de possi­bi­li­tés pour vous accro­cher à distance.

Essen­tiel­le­ment on recom­mande partout l’Abus Granit X Plus 540 et le Kryp­to­nite New York Fahget­ta­bou­dit Mini. Oui, c’est déjà 70 €, je sais.

Quasi tout tourne autour de ces deux marques mais, atten­tion, il y a aussi du très mauvais sur chacune. Jetez un œil aux certi­fi­ca­tions ART (il faut trois étoiles ou plus) et Sold Secure (il faut le niveau Gold).

Cela dit, vu qu’il s’agit essen­tiel­le­ment d’avoir un anti­vol qui semble plus sérieux que le voisin, peut-être que n’im­porte quel anti­vol de ces deux marques connues avec suffi­sam­ment d’épais­seur suffira à ce que le voleur aille plus loin. À vous de voir.

Et c’est solide ?

Aucun anti­vol ne résiste si le voleur arrive avec une petite disqueuse portable à 100 € cachée sous la veste. Alors oui, ça fait du bruit et ça se voit mais le voleur sera reparti à vélo en moins d’une minute, peut-être une minute et demie.

Si vous pensez que les passants vont faire le moindre geste ou que la police arri­vera avant la fin du forfait, vous vous leur­rez. Même en centre ville.

Il s’agit essen­tiel­le­ment d’avoir une protec­tion plus solide que le vélo d’à côté. Même le haut de gamme ne sera d’au­cune utilité contre quelqu’un de motivé si votre vélo est le plus cher du coin ou si vous le lais­sez dans un endroit peu passant. Dans tous les cas on ne laisse pas le vélo la nuit, surtout s’il est souvent au même endroit.

Même sans faire de bruit, un croche­teur expert a montré qu’il savait forcer les serrures des modèles haut de gamme. C’est silen­cieux, pas trop long, faisable en plein jour dans un endroit passant sans atti­rer l’at­ten­tion. Le seul point posi­tif c’est qu’un croche­teur avec ce niveau de compé­tence a plus rentable et moins risqué à faire que piquer des vélos dans la rue.

Pour ceux qui veulent un tour complet, on parle aussi d’écar­teurs hydrau­liques et de cric pour forcer les U, ou d’acide pour les serrures. Comme on l’a vu, il y a déjà bien plus simple donc j’ima­gine que c’est essen­tiel­le­ment réservé aux énormes chaînes de moto et de scoo­ters.

Et sinon…

Les cyclistes n’ont pas manqué de me rappe­ler de reti­rer aussi les dispo­si­tifs d’ac­cès rapide pour la selle et les roues, et de les rempla­cer par des écrous anti­vols. À défaut d’un second U, un câble en plus pour proté­ger la roue de devant c’est toujours ça qui fera qu’on vole celle du vélo d’à côté.

Tout ça vous semble cher et lourd. Moi aussi, mais on me confirme que mettre 15% du prix du vélo dans un anti­vol est un mini­mum. D’ailleurs il semble que même les vieux vélos tout pour­ris se fassent voler s’ils sont au mauvais endroit. Visi­ble­ment casser un anti­vol à 50 € pour voler un vélo qui en vaut moins que ça ne pose de problème à personne.

Rejoindre la conversation

9 commentaires

  1. Une nième option est d’utiliser plusieurs cadenas. Un ami vivant à Paris après avoir perdu plusieurs vélos en moins d’un an a fait l’expérience, il a commencé par attacher son vélo avec 2 et 3 antivols, 2 U, une chaine. Ça fait passer le temps nécessaire pour voler un vélo à 3 – 5 minutes, contre 60 secondes. Ça ne l’empêchait pas de retrouver une chaine coupée ou un U entamée à la scie, mais les voleurs semblent abandonner une fois qu’ils réalisent que le vélo dispose de plusieurs cadenas.

  2. > il s’agit essentiellement de parier que les vélo à côté seront plus faciles à voler.

    Exactement. La meilleure option reste d’accrocher son vélo à un endroit ou il y-a d’autres vélos plus faciles à piquer de même valeur ou mieux :)

    Je reste généralement pas loin de mon vélo, j’ai du l’accrocher une fois (mini u-lock sérieux + câble pour la roue avant) pour 30 minutes dans un local d’une université, j’étais pas rassuré… jusqu’à ce que je vois un e-bike flambant neuf à coté avec un câble basique à 5 euros :)

  3. Le tout est d’avoir un antivol adapté au vélo.

    On ne protège pas pareil un beau vélo tout neuf et un vélo d’occaz trouvé sur leboncoin à moins de 100€ (et pourtant il y en a des très bien!).

    Avec mon vieux vélo et un U decathlon, j’ai pas de problème depuis des années à Paris.

  4. Dissuasion : le marquage https://www.bicycode.org/ (j’ignore dans quelle mesure ça dissuade mais pour la revente, à moins de limer le cadre et donc l’abîmer, ça doit bien avoir un impact).

    Le double antivol, je pratique mais avec un simple antivol souple, pour la selle, dont je n’ai jamais enlevé le système rapide en fait.

    Dissuasion encore : avant de procéder ainsi, j’emportais tout bêtement la selle avec moi pendant ma journée de boulot. Un vélo sans selle, c’est tout de suite moins intéressant :-)

    Dissuasion, enfin : en journée je stationne pile dans le champ d’une caméra de surveillance. Fait du hasard, mais désormais, j’ai pris l’habitude de regarder s’il n’y en a pas une dans les lieux où je stationne.

    Pour ton histoire de vieux vélos, c’est parce qu’ils sont à la mode ces dernières années.

    Et puis enfin, ne pas être trop inquiet non plus : oui il y a des vélos volés (2 dans ma vie, les 2 dans un local vélo où j’habitais autrefois, parmi d’autres raflés avec), oui il y a des vidéos qui montrent que c’est assez facile et qui inquiètent, mais bon, je croise les doigts mais il y a beaucoup de gens sympas.

  5. > il s’agit essentiellement de parier que les vélo à côté seront plus faciles à voler.

    Quelle tristesse. Autre solution, vivre dans un pays où le vol (de vélo) est sporadique ou presque inexistant.

  6. la fubicy à un excellent comparatif des antivols. pas besoin de mettre des tonnes de fric, onguard fait des U très bons et pas chers.

    sinon venez en NZ ici même avec une ficelle personne ne volera votre vélo ^^

    1. Fubicy se fait descendre un peu partout pour ses tests. J’ai préféré faire confiance aux tests ART et Sold Secure qui eux sont vus avec sérieux vraiment partout.

      1. Jamais trop vu de critiques de la méthodo FUB, mais ART et Sold Secure oui vu qu’ils sont en partie financés par les fabricants d’antivol…

        Perso les tests de la FUB correspondent à mon expérience sur le terrain quand je dois ouvrir un antivol (précision : je ne vole pas de vélos, mais dans un atelier vélo on a souvent des gens qui achètent un vélo avec un antivol qui ne s’ouvre plus, dont on a perdu la clé ou le code, etc.).

        Par contre je suis pas du tout convaincu de l’utilité du code pour décourager le vol. Si le vélo est retrouvé oui c’est parfois utile (et encore : les flics s’en foutent parfois), mais sinon bof.

        Sinon les écrous/boulons antivol pour la selle ou les roues c’est souvent de l’arnaque, à moins que ce soit une vraie serrure (très rare) ça s’ouvre facilement avec des outils de vélociste ou parfois un simple tournevis ou des pinces. Et même sans outils : les clés sont souvent les même (ou presque) et acheter une tige rapide antivol permet souvent d’ouvrir les autres avec le même outil…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

À propos de ce site, du contenu, de l'auteur
Je poste parfois ici des humeurs ou des pensées. Parfois je change, parfois je me trompe, parfois j'apprends, et souvent le contexte lui-même évolue avec le temps. Les contenus ne sont représentatifs que de l'instant où ils ont été écrits. J'efface peu les contenus de ce site, merci de prendre du recul quand les textes sont anciens. Merci

À toutes fins utiles, ce site est hébergé par Scaleway, ONLINE SAS, joignable par téléphone au +33 (0)1 84 13 00 00 et joignable par courrier à l'adresse BP 438 - 75366 Paris Cedex 08.