Un an de prison ferme pour des bonbons à 2 euros


Nos juges sont laxistes ! ou pas. On peut tour­ner ça comme on veut, mais quand bien même il est impor­tant de mettre une fin à une quin­zaine de condam­na­tions, je ne pour­rai jamais consi­dé­rer comme légi­time un an de prison pour un sachet de bonbons.

C’est une faute du gouver­ne­ment d’avoir mis en place ces paliers stupides, une faute du juge qui n’a pas osé outre­pas­ser ce palier (il le peut tech­nique­ment), et la faute du système qui regroupe sous une seule peine maxi­male des faits trop diffé­rents.

Mais fina­le­ment là où je souhaite atti­rer l’at­ten­tion c’est sur la fin de l’ar­ticle : 750 € de dommages et inté­rêts pour outrage et rébel­lion. Ça me gêne beau­coup parce que ce sont des dommages et inté­rêts au béné­fice person­nel du poli­cier et pas une amende au titre de l’État.

Ces chefs d’ac­cu­sa­tions ne sont liés qu’à la fonc­tion du poli­cier, du service public. Il n’y a donc aucune justi­fi­ca­tion à les verser en dommages et inté­rêts person­nel. Et puis, fran­che­ment, un outrage aurait provoqué un dommage de 750 € ? Si la somme est impor­tante c’est encore une fois à titre public, pour éviter la réité­ra­tion, et pas au titre person­nel du poli­cier.

C’est de plus très dange­reux car ces accu­sa­tions d’ou­trage sont aussi souvent utili­sées comme menace de la part des poli­ciers, et on voit parfois la justice retoquer clai­re­ment des accu­sa­tions infon­dées. On a un chef d’ac­cu­sa­tion qu’il est diffi­cile de contes­ter, et qui béné­fi­cie direc­te­ment à celui qui le pose. Je serai le poli­cier je me féli­ci­te­rai d’avoir pu être outragé et j’au­rai bien envie que le suivant fasse de même.


2 réponses à “Un an de prison ferme pour des bonbons à 2 euros”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.