UK Cops Using Fake Mobile Phone Tower to Inter­cept Calls, Shut Off Phones


Nous vivons une époque formi­dable dans la télé­pho­nie mobile. Voilà que la Metro­po­li­tain police du Royaume Uni met en place de fausses antennes pour télé­phone mobile dans les mani­fes­ta­tions : UK Cops Using Fake Mobile Phone Tower to Inter­cept Calls, Shut Off Phones

Avec ça ils peuvent récu­pé­rer les numé­ros de carte SIM et de télé­phone (IMSI et IMEI) pour iden­ti­fier les présents sur place. À force de requêtes et de croi­se­ments, il est possible de tracer les gens dura­ble­ment.

Comme cela ne suffit pas, la fausse antenne peut aussi inter­cep­ter les SMS ou simple­ment bloquer les commu­ni­ca­tions. On parle aussi d’in­ter­cep­ter les commu­ni­ca­tions mais les choses ne sont pas claires (ce qui est en soi un problème pour un tel outil).

Bien entendu, on masque ça derrière la capa­cité à bloquer un télé­phone qui servi­rait à un terro­riste pour déclen­cher des explo­sifs. Peu importe si le cas ne se produira peut être jamais, et encore moins dans une zone suffi­sam­ment connue pour pouvoir déployer la fausse antenne, et proba­ble­ment jamais dans une situa­tion où couper les vraies antennes aurait été impos­sible : Entre temps on peut surveiller des mani­fes­tants, et ça ça n’a pas de prix. Liber­tés publiques ? tout ceci ce fait sans déci­sion judi­ciaire.

Qu’on se rassure, il n’y a toujours rien d’in­no­vant, le FBI pour­rait faire de même.


Une réponse à “UK Cops Using Fake Mobile Phone Tower to Inter­cept Calls, Shut Off Phones”

  1. Pour la petite histoire, j’ai travaillé un moment comme civil sur une base militaire. L’un des responsables des transmissions m’a raconté l’un de ses entraînements avec son unité. C’était très simple: montée sur un point en hauteur, allumage du sac à dos d’interception, écoute de tous flux GSM, au hasard, production d’un rapport (sans but réel si ce n’est celui de faire un rapport d’interception). Sans lag, sans parasite, sans matériel volumineux. Ça se passait le jour d’inauguration d’un paquebot géant, avec beaucoup d’huiles et journalistes. Il a confirmé que certains journalistes sont vulgaires, en privé. Leurs maîtresses moins.

    C’était il y a 15 ans.

    Imaginez aujourd’hui.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.