Travail et auto­ma­ti­sa­tion : la fin du travail ne touche pas que les emplois les moins quali­fiés


Pour les cher­cheurs, l’in­for­ma­ti­sa­tion devrait surtout porter sur des emplois peu quali­fiés. Ils n’ont réalisé aucune esti­ma­tion pour évaluer le nombre d’em­plois touchés par l’au­to­ma­ti­sa­tion dans les années à venir, mais ils concluent leur prédic­tion en expliquant que les employés peu quali­fiés et les profes­sions à bas salaires qui devraient être les plus touchées devront être réaf­fec­tés à des tâches qui ne sont pas sensibles à l’in­for­ma­ti­sa­tion, comme celles néces­si­tant de l’in­tel­li­gence créa­tive et sociale

L’au­to­ma­ti­sa­tion des tâches et l’avan­ce­ment des tech­no­lo­gies fait dispa­raitre les travaux les moins quali­fiés au profits de travaux plus quali­fiés mais plus rares ?

Fumis­te­rie.

Si dans les 20 dernières années du XXe siècle nous avons connu un exode des emplois les moins quali­fiés vers des emplois quali­fiés et très quali­fiés, la perte d’em­ploi se fait désor­mais dans tous les domaines de compé­tences.

Et même quand ce n’est pas le cas, ce n’est pas forcé­ment une bonne nouvelle

Si l’au­to­ma­ti­sa­tion peut amélio­rer le travail, le rendre plus stimu­lant et inté­res­sant, une machine trop sophis­tiquée peut aussi géné­rer de la déqua­li­fi­ca­tion, trans­for­mant un arti­san compé­tent en opéra­teur de machine modé­ré­ment quali­fié.

Mais surtout on a de moins en moins besoin de réflé­chir. D’une part grâce à l’aide de l’in­for­ma­ti­sa­tion, d’autre part parce que la réflexion se concentre aux mains de quelques uns.

Les travailleurs de la connais­sance sont eux-mêmes en train de se déqua­li­fier, ressem­blant de plus en plus à des opéra­teurs infor­ma­tiques, estime Carr.

11edsall-chart1-articleLarge

On peut faci­le­ment mettre ça en rela­tion avec la concen­tra­tion des richesses et du capi­ta­lisme forcené. Moins de très riches, qui contrôlent et exploitent le travail des autres. Ceux qui restent deviennent opéra­teurs de systèmes auto­ma­ti­sés ou sur des tâches manuelles trop complexes à auto­ma­ti­sées (par des ouvriers loca­li­sées dans des pays à très bas coûts).

Le graphique est éclai­rant. On a de moins en moins d’em­plois qui néces­sitent de réflé­chir, et on chute à un niveau excep­tion­nel­le­ment bas.

Le pire c’est que nos poli­tiques conti­nuent à faire perdu­rer le mythe des avan­cées tech­no­lo­giques qui poussent vers des postes plus quali­fiés, alors qu’en réalité on réduit surtout le nombre d’em­ploi, en les écra­sant tous plus ou moins vers de l’exé­cu­tion intel­lec­tuelle, du contrôle de proces­sus.

En fait, depuis les années 2000, la concur­rence dans les emplois manuels peu quali­fiés s’est accrue et les travailleurs plus quali­fiés ont pris la place des moins quali­fiés pour des emplois eux-mêmes moins quali­fiés.

La poli­tique du « avec un meilleur diplôme vous aurez un emploi » ne fait que repor­ter le problème. L’im­por­tant est juste d’avoir un meilleur diplôme que les autres, même si la haute compé­tence est inutile. On en est à deman­der le bac ou des études supé­rieures pour tout, du person­nel de ménage jusqu’au jardi­nier en passant par l’ou­vrier à la chaîne. Le pire c’est qu’en plus on spécia­lise forte­ment les diplôme, rendant les gens très diffi­cile à redé­ployer sur d’autres missions.

Je n’ai pas de solu­tion au problème de déqua­li­fi­ca­tion des emplois. Si ce n’est arrê­ter de s’y soumettre, profi­ter du besoin moindre pour réali­ser tu travail libre, sur des tâches qui sont et plus valo­ri­sante et plus utiles à la société. Pour ça le revenu de base est une piste.

La pour­suite du tout emploi n’amène de toutes façons à rien, sauf le bonheur des 0,1% qui concentrent capi­tal comme capa­cité de déci­sion.


2 réponses à “Travail et auto­ma­ti­sa­tion : la fin du travail ne touche pas que les emplois les moins quali­fiés”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.