Traître à la liberté de la presse


…le fait que le prix Pulit­zer ait été attri­bué aux jour­na­listes qui ont révélé l’af­faire Snow­den est le symbole de la crise de la presse car Snow­den est un traître à la démo­cra­tie…

Philippe Val, direc­teur de France Inter, rencontre avec le CRIF

Je ne sais pas comment on peut en arri­ver là, surtout quand on parle des jour­na­listes qui ont reçu le prix Pulit­zer juste­ment pour ces révé­la­tions, mais ça en dit effec­ti­ve­ment long sur la crise de la presse en France.


Une réponse à “Traître à la liberté de la presse”

  1. Il n’en est pas arrivé là je suppose, il y a été/il l’a été depuis 20 ans ou depuis toujours et c’est nous qui ne nous en apercevons que depuis 15 ans (pour les lecteurs de Charlie), 5 ans pour France Inter ou maintenant qu’il recause… ne s’atreignant plus à un « devoir de réserve auquel il s’est largement astreint depuis sa nomination en 2009 » (amha la seule bonne chose qu’il ait faite à la direction de cette radio de service public… et je vais regretter ce devoir de réserve quand j’essaierai d’échapper à ses dires tout comme à ceux de ces grands penseurs de BHL ou Finkielkraut…)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.