Taubira, migrants, homo­sexuels : tous coupables !


« On préfé­re­rait qu’elle ait cette hargne pour faire une poli­tique pénale un peu plus répres­sive, qu’elle arrête de donner des signals forts (re-re-sic) pour les délinquants, qu’elle fasse en sorte qu’il y ait moins de laxisme. » Les présen­ta­teurs laissent dire, quand bien même tous les indi­ca­teurs (sévé­rité des juge­ments, popu­la­tion carcé­rale, etc.) montrent que la justice a mené ces dernières années une poli­tique de plus en plus répres­sive, comme le notait Antoine Gara­pon sur France Culture.

Sans crainte d’être contre­dit, le syndi­ca­liste peut conclu­re…

La télé­vi­sion est un média mort pour ce qui est de la capa­cité à infor­mer. Pas tant qu’il va dispa­raitre mais simple­ment qu’on ne peut en attendre de l’in­for­ma­tion.

Les présen­ta­teurs ne méritent jamais autant leur nom. La rédac­tion se contente de surfer sur les sujets à la mode et à donner poids à ce qui semble l’opinion ambiante – souvent en réalité celle que les services de presse veulent pous­ser comme opinion ambiante.

Le jour­nal télé­visé présente, des plats géné­ra­le­ment réchauf­fés ou tout prêts. Il n’in­forme plus. Quand est-ce la dernière fois qu’une infor­ma­tion déran­geante, impor­tante, a trouvé sa place à la télé­vi­sion avant d’être tota­le­ment connue par tous ?

Trop peu d’es­pace pour appor­ter des nuances entre deux diver­tis­se­ments, pas ou peu de profon­deur mais surtout aucun correc­tif, aucun chiffre débattu, aucune possi­bi­lité d’in­ter­ve­nir et créer un débat autour de la présen­ta­tion. Tout se fait ailleurs, créant une asymé­trie drama­tique.

On a beau dire ce qu’on veut d’In­ter­net, du fait qu’on y trouve à boire et à manger, au moins ce débat existe et celui qui veut s’in­for­mer y trouve plein de sources mais aussi plein de critiques de chaque sources et de chaque fait.

Si je devais donner des cari­ca­tures au terme de beauf de droite et au terme de patron libé­ral, les deux pour­raient s’ex­pliquer par ils se sont simple­ment infor­més via la télé­vi­sion. Le problème d’ex­pliquer ainsi c’est que ça risque­rait de justi­fier un peu… (ça se voit que je provoque ?)

Tele­rama n’est pas non plus le media le plus avant-gardiste ni celui qui a le moins de couleur, mais l’ar­ticle Taubira, migrants, homo­sexuels : tous coupables dépeint quand même un tableau assez fati­guant.

Regar­dez-vous encore les jour­naux télé­vi­sés ? Où vous infor­mez-vous ?

France 2 montre les images d’une « alter­ca­tion entre des rive­rains et certains mani­fes­tants. L’un des habi­tants bran­dit même un fusil ». « Attaqué par des mili­tants acti­vistes, des No Borders, cet homme avait même sorti un fusil à billes, excédé », précise TF1. Depuis, on a appris que c’était les « habi­tants » qui avaient déli­bé­ré­ment provoqué les « migrants », comme l’a raconté au site Arrêt sur images l’au­teur de la vidéo (qui déplore aussi sa récu­pé­ra­tion par la facho­sphère). « La mani­fes­ta­tion ne passait pas par cette rue, mais au croi­se­ment ce monsieur leur a fait des doigts d’hon­neur, il les a trai­tés de bougnoules en leur disant de retour­ner dans la jungle. Il était devant chez lui pour les provoquer. »

On a su aussi que l’homme qui bran­dit un fusil est un néo-nazi reven­diqué… sauf devant les télés. Sur France 2 comme sur TF1, les Rouge­mont se présentent comme de pauvres victimes. Une semaine après, je n’ar­rive toujours pas à digé­rer que les repor­ters aient pu leur tendre le micro aussi complai­sam­ment sans cher­cher à savoir qui parlait dedans. « Cet homme, nous l’avons retrouvé, pavoise le repor­ter de France 2. Hier, il dit s’être senti menacé. » « Ils ont lancé des pneus, des pierres, des briques rouges. » L’idée ne vient pas au repor­ter de le véri­fier, il préfère s’in­di­gner : « Bran­dir un fusil, est-ce que ce n’est pas irres­pon­sable ? » « Non, ma femme était en danger », prétend le père. Sur la vidéo, on la voit surtout essayer de calmer son mari.

Que France 2 joue le même jeu n’est guère nouveau. À force de vouloir renta­bi­li­ser la télé­vi­sion publique, de trou­ver que l’au­dience est l’in­di­ca­teur le plus perti­nent, de conti­nuer à finan­cer par la publi­ci­té… la perti­nence d’une télé­vi­sion publique et ce qui fait son inté­rêt dimi­nue jour à jour.

À côté de ça, sans en faire non plus un media d’avant-garde, la radio publique fait force d’une incroyable perti­nence. Ceci explique aussi pourquoi dans la première cita­tion en haut de ce billet, c’est France Culture qui est cité en exemple pour corri­ger l’in­for­ma­tion de la chaîne d’in­for­ma­tion conti­nue iTélé. Ce n’est malheu­reu­se­ment pas une excep­tion. On marche sur la tête.


2 réponses à “Taubira, migrants, homo­sexuels : tous coupables !”

  1. Pour m’informer, j’écoute essentiellement la radio et surtout France Inter/France info avec une préférence pour la 1ère. Cela se fait essentiellement en voiture avec la fin de la matinale de France inter le matin et le soir en rentrant avec « Un jour dans le monde ». C’est mon minimum syndical d’information. J’aime bien « Un jour dans le monde », ça permet de sortir de sa vue avec le prisme hexagonale et de voir ce qu’il se passe ailleurs.

    Pour la version papier (réel ou numérique), j’ai arrêté car cela me demande plus de concentration et il me faudrait une période de temps plus importante pour le faire dans de bonnes conditions. Je lis déjà suffisamment de choses dans la journée pour ne pas vouloir continuer.

    La télé, hormis qqs émissions sur France 5 / Arte, j’ai arrêté depuis longtemps.

  2. Ne m’informant plus via la télé depuis bien des années, j’ai écumé quelques sites d’info, mais force est de constater que plus c’est mainstream, pire c’est. J’avais bien aimé le côté « vu de l’extérieur » qui force à l’ouverture d’esprit de Courrier International, là je teste LCP qui me semble pas mal objectif. C’est surtout dur de trouver une source qui a le bon débit, c’est souvent soit trop (avec pleins d’articles sur le même sujet) soit pas assez. Mais de plus en plus, seuls les blogs que je suis et mon flux Facebook m’informent de ce qui se passe dans le monde

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.