Rente et capi­tal


Je ne comprends pas la concep­tion du capi­tal en France. On a l’im­pres­sion qu’il ne doit que croitre, indé­fi­ni­ment, et qu’il ne faut vivre que de la rente.

Du coup on imagine des personnes qui vivront pauvres mais lais­se­ront derrière elles un patri­moine de million­naire.

Permet­tez-moi : Ça n’a aucun sens.


Je n’ai jamais caché mon désa­mour pour l’hé­ri­tage de montants impor­tants. Ça joue forcé­ment.

Cepen­dant, si je meurs à 85 ans, mon fils en aura plus 50. Quel sens cela aurait-il de lui léguer un gros patri­moine alors qu’il aura déjà consti­tué le sien, tout ça pour qu’il repro­duise le schéma à son tour ?

Le patri­moine et l’épargne sont faits pour être utili­sés, pas pour accu­mu­ler et enter­rer dans le jardin. Il ne me parait pas anor­mal qu’on les consti­tue quand on a des reve­nus impor­tants et qu’on prenne dedans quand ces reve­nus baissent et deviennent insuf­fi­sants.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.