Rempla­cer Ligh­troom

Le trai­te­ment des images est une grosse partie de mon travail photo­gra­phique. Aujourd’­hui c’est essen­tiel­le­ment du ligh­troom, excep­tion­nel­le­ment du photo­shop quand je souhaite défor­mer des choses ou faire du masquage complexe.

Là dessus je fais la sélec­tion, je traite les contrastes, les courbes, les lumières, les couleurs, la netteté, le vignet­tage. Je recadre, retouche les peaux, fais des trai­te­ments locaux, retire des objets dans le fond ou renforce un élément de la photo. Je tente diffé­rentes solu­tions, duplique virtuel­le­ment les images, compare, copie des réglages de photo en photo, note, filtre ma sélec­tion au fur et à mesure et exporte les jpeg.

La version « clas­sique » de Ligh­troom étant appelé à s’éteindre, j’ai cher­ché voir autre chose, autant pour sortir du modèle de sous­crip­tion que pour voir ce qui existe ailleurs.

J’ai testé les Dark­table et Rawthe­ra­pee, Affi­nity, On1 photo raw et DxO photo­lab. Mise à jour : On m’a depuis proposé de jeter un oeil à Lumi­nar et je crois qu’on tient le bon.

Sur Dark­table et Rawthe­ra­pee on retrouve le défaut trop clas­sique des outils open source. L’in­ter­face est complexe, pas pratique, peu agréable. Je privi­lé­gie toujours les outils libres quitte à batailler un peu plus au quoti­dien, mais là la marche semblait un peu trop haute.

Dark­table a l’air plus adapté à ce que je veux faire mais j’en suis au point où une partie de la fenêtre sortait de mon écran et qu’il m’était impos­sible de la redi­men­sion­ner plus petite. Les ascen­seurs ne semblaient pas répondre aux gestes habi­tuels de mon touch­pad non plus. C’est peut-être spéci­fique à la version Mac cepen­dant.

Rawthe­ra­pee était encore plus complexe. Je suis convaincu que ça doit être puis­sant mais là on sort de mon usage, et je n’ai pas envie d’ap­prendre la théo­rie du trai­te­ment d’image pour simple­ment trai­ter mes photos.

On m’avait vendu l’as­pect non destruc­teur et les capa­ci­tés de déve­lop­pe­ment raw d’Af­fi­nity mais je me suis retrouvé avec un équi­valent de Photo­shop qui n’en parta­geait pas pour autant la logique que je connais­sais. J’y revien­drais peut-être mais ça ne m’a pas convaincu.

On1 photo raw corres­pond bien plus à ce que je cher­chais. Comparé à Ligh­troom il semble beau­coup plus basé sur l’ap­pli­ca­tion de filtres et d’ef­fets prédé­ter­mi­nés. Je pour­rais m’y faire mais j’ai du mal à retrou­ver mes petits lors d’une première explo­ra­tions. Il faut dire que je reprends toujours de zéro sur Ligh­troom, sans utili­ser les presets, donc ma pratique va un peu à contre­sens de ce que propose On1 comme compor­te­ment par défaut.

Ce qui me bloque c’est surtout le côté retouche. J’ai des outils qui semblent basiques mais rien pour m’y raccro­cher. Visi­ble­ment ça créé d’of­fice un PSD. Je suppose qu’on y verra les diffé­rentes couches dedans mais je n’ai rien direc­te­ment dans On1 pour sélec­tion­ner une retouche et l’an­nu­ler, ou la modi­fier. Ça ne va juste pas être possible.

DxO photo­lab ressemble à un clone de Ligh­troom l’er­go­no­mie en moins. Mon usage semble entrer parfai­te­ment dans l’ou­til. Le trai­te­ment de chaque modi­fi­ca­tion est lent, bien plus que Ligh­troom, mais je pour­rai m’y faire. L’in­ter­face me semble moins pratique mais on y gagne peut-être en confi­gu­ra­tion dans le panneau de droite. Bref, pourquoi pas.

Le seul problème que je vois est au niveau des retouches. Je n’ai plus que des répa­ra­tions locales auto­ma­tiques, sans possi­bi­lité de choi­sir la zone réfé­rence ni possi­bi­lité d’uti­li­ser un tampon pour les cas les plus complexes. J’ai moins de contrôle donc j’ai peur de devoir bascu­ler souvent vers un logi­ciel d’édi­tion en paral­lèle.

Chan­ger d’ou­til et d’ha­bi­tudes est toujours diffi­cile mais là j’ai l’im­pres­sion que la concur­rence n’est pas au niveau. La bascule risque d’être diffi­cile.

Et Lumi­nar ?

Merci de m’avoir proposé Lumi­nar. On travaille par couche d’ef­fets succes­sifs. L’in­ter­face est bien faite, les valeurs par défauts et propo­si­tions sont censées. On joue faci­le­ment et je me suis retrouvé avec des choses que je n’au­rais pas su trou­ver sans aide sur Ligh­troom. Bref, ça m’a donné envie de bascu­ler.

J’ai cepen­dant toujours le même défaut que sur DxO. Les rempla­ce­ments/effa­ce­ments ne peuvent pas être contrô­lés manuel­le­ment et je n’ai pas assez confiance pour croire que ça se passera toujours bien. Quant à la créa­tion de masque avec le pinceau, elle n’a pas de mode de détou­rage assisté. Là on touche quelque chose de vrai­ment gênant pour ma pratique. Ça peut se traduire par des heures de boulot en plus vu que j’uti­lise beau­coup de trai­te­ment local basé sur des détou­rages.

Il manque aussi tout le cata­lo­gage, donc la possi­bi­lité de compa­rer ds photos, de filtrer mes sélec­tions, ou de reco­pier des réglages entre photos. Bien dommage.

Je vais peut-être essayer de voir ce que je peux faire sur une séance, pour voir. Clai­re­ment c’est le meilleur candi­dat.

Rejoindre la conversation

1 commentaire

  1. Il y a aussi photo studio ultimate 2018, ça a franchement l’air pas mal. Je suis d’accord, non aux abonnements de adobe!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

À propos de ce site, du contenu, de l'auteur
Je poste parfois ici des humeurs ou des pensées. Parfois je change, parfois je me trompe, parfois j'apprends, et souvent le contexte lui-même évolue avec le temps. Les contenus ne sont représentatifs que de l'instant où ils ont été écrits. J'efface peu les contenus de ce site, merci de prendre du recul quand les textes sont anciens. Merci

À toutes fins utiles, ce site est hébergé par Scaleway, ONLINE SAS, joignable par téléphone au +33 (0)1 84 13 00 00 et joignable par courrier à l'adresse BP 438 - 75366 Paris Cedex 08.