Racisme ordi­naire, troi­sième prise


Jamais deux sans trois : Michel a fait suivre en commen­taire un autre épisode de racisme ordi­naire. Avoir la peau de couleur, c’est subir des préju­gés de pauvreté et bas niveau social.

Le pire c’est que c’est incons­cient et que les auteurs se défen­dront toujours (de bonne foi) d’avoir une atti­tude raciste. Ils ne se senti­ront pas concer­nés. Et comme nous ne nous sentons pas auteurs de tels compor­te­ments non plus, vu que c’est juste­ment un des symp­tômes, peut être sommes nous du lot. Faire atten­tion et renver­ser les pré-jugés, c’est le travail de tous.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.