Quand EDF fait de l’op­ti­mi­sa­tion fiscale aux Pays-Bas


Des effets de la gestion par objec­tif des diffé­rentes enti­tés, sans vue et coor­di­na­tion globale : Des socié­tés françaises appar­te­nant majo­ri­tai­re­ment à l’État crééent des filiales à l’étran­ger pour inves­tir afin de payer moins d’im­pôt en France.

Je ne sais pas si vous notez mais quand EDF paye des impôts, dans les faits ce sont des sous déjà déte­nus indi­rec­te­ment à l’État qui sont trans­fé­rés dans une autre caisse. Faire une filiale à l’étran­ger pour payer moins d’im­pôt c’est trans­fe­rer des sous déte­nus indi­rec­te­ment par l’État français, pour les donner à un état étran­ger. On en trans­fère peut être moins, ça remplit mieux les objec­tifs de tel ou tel comité de direc­tion, mais c’est une perte sèche au final.

On peut m’ex­pliquer comment l’État gère ses actifs ? Parce que là on marche sur la tête.

On en parle aussi à propos de la BNF. L’in­té­res­se­ment des direc­teurs à leur struc­ture sans tenir compte de l’in­té­rêt global mène forcé­ment à ce type de compor­te­ment à tous les éche­lons


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.