Poten­tiel de trans­for­ma­tion sociale


Il y a plus de poten­tiel de trans­for­ma­tion sociale chez un papa qui fait la vais­selle ou qui joue avec sa fille, ou chez un grand-père qui explique à son petit-fils qu’il faut parta­ger les jouets, que dans tous les drapeaux rouges que vous pouvez appor­ter à une manif.
Les Jeunes (la géné­ra­tion Y) [vidéo, 25 min.]

Je n’ai jamais compris les mani­fes­ta­tions telles qu’on les fait aujourd’­hui. Un rapport de force, une révolte – même paci­fiste : oui, ça a du sens. Mais défi­ler pour porter des drapeaux et des slogans… je ne crois pas à l’im­pact autre que celui de la poli­tique spec­tacle.

Je crois par contre beau­coup à tous les gestes de tous les jours, à tous ces petits riens qui bout à bout forgent notre société et la font bouger. Quand on vous reprend sur un mauvais mot, un mauvais geste, dire « ce n’est pas grand chose », c’est se trom­per de combat.

Pour ne choi­sir qu’un seul sujet, un mois sans blague sexiste aura beau­coup plus d’in­fluence sur notre société et son avenir qu’un mois de mani­fes­ta­tion fémi­niste avec des millions de gens dans la rue.

C’est trans­po­sable à l’in­fini quel que soit le sujet. Ce sont nos petits renon­ce­ments de tous les jours qui rendent les grands chan­ge­ments diffi­ciles.


Une réponse à “Poten­tiel de trans­for­ma­tion sociale”

  1. C’est plus facile de manifester quelques heures que de se contraindre à changer son comportement quotidien sur un mois. ça nous oblige à nous contempler dans un miroir, et de voir tout nos défauts, et c’est pas forcément une expérience agréable.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.