Nous nous habi­tuons, et c’est grave


L’ac­cep­ta­tion gran­dis­sante de l’op­pres­sion quoti­dienne me fait peur.

( J’ai vu une vidéo (*) il y a quelques jours où la police a demandé à un mendiant de défaire ses deux prothèses aux jambes, posé toutes ses posses­sions devant lui, lui qui n’avait déjà plus qu’un bras. La vidéo montre la police qui s’en va après, sans répondre aux inter­pel­la­tions, et le mendiant qui tente de tout raccro­cher et remettre son jean avec l’aide d’un passant et de son seul bras. Violence et humi­lia­tion sont le quoti­dien.)

J’ai vu une vidéo hier où on voyait les senti­nelles de l’ar­mée avec leur famas soute­nir une simple inter­pel­la­tion de police un peu exces­sive et qui se faisait près d’eux, face à la foule. Je suis certain qu’ils n’avaient que de bonnes inten­tions mais le problème est énorme. Nous nous habi­tuons.

Aujourd’­hui je croise un vigile privé derrière le contrôle à l’em­barque­ment SNCF. Rien de forcé­ment anor­mal, au cas où un voya­geur contrôlé s’ex­cite. Vigile en noir avec bras­sard orange, rangers aux pieds, équipé de gants de combat coqués orien­tés poing améri­cain.

Sur Inter­net je trouve les mêmes, dans des boutiques para-mili­taires, orienté inter­ven­tion et marqué « forces de l’ordre – mili­taires ».

Tout ça semble normal mais je veux qu’on m’ex­plique. Je ne parle pas de la police ferro­viaire, qui même si elle est armée ne se permet­trait pas un tel accou­tre­ment, mais bien d’un vigile privé, les mêmes qu’on trouve devant les super­mar­chés… en gants de combat, dans une simple mission d’ac­com­pa­gne­ment pour un filtrage pré-embarque­ment.

Des vigiles privés habillés pour la bagarre. Contrô­leurs, voya­geurs, tout ceci est devenu telle­ment notre quoti­dien que je n’ai vu personne fron­cer les sour­cils.


4 réponses à “Nous nous habi­tuons, et c’est grave”

  1. Non, je ne pense pas que nous nous y habituions, la preuve, tu en fais un billet (et d’abord, comment tirer une généralité ?). Ce n’est pas parce que les gens ne s’expriment pas devant ces faits qu’ils faut en conclure qu’ils s’habituent. Et quand bien même, l’accoutumance « visible-perceptible » (car auto-censure, inhibition) face à une situation ne signifie pas son acceptation ;

    • Allons, il y a 50 ans ça aurait pu déclencher une petite révolution. Sauf que c’est venu progressivement, et finalement au mieux nous avons une petite indignation intérieure et nous faisons avec , en auto-censure et en résignation. C’est justement ça que j’appelle s’habituer. Quand je pense à mai 68, je me dis que nous avons bien régressé sur certains côtés.

    • Effectivement, difficile d’en savoir vraiment plus, surtout sans le son. L’homme s’est peut être énervé et a tout retiré par exaspération (c’est une histoire possible parmi d’autres). Difficile tout de même d’aller jusqu’à l’appellation de hoax tout de même.

      Merci pour le lien correctif

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.