Niveau d’exi­gence


Deman­der à pouvoir reti­rer mon numéro de CB actif de mon compte utili­sa­teur chez un commerçant en ligne ? Radi­ca­lisme imbé­cile et délire para­noïaque.

Lire les condi­tions géné­rales de vente et autres condi­tions d’uti­li­sa­tion avant de sous­crire à un service – et pire, choi­sir de sous­crire ou non juste­ment sur cette base ? Me voilà forcené.

Attendre d’une société qu’elle ne donne pas mon numéro de télé­phone person­nel à ses pros­pects ? Il parait que j’ai des demandes inac­cep­tables.

Espé­rer qu’un respon­sable poli­tique s’oc­cupe de sa charge de façon désin­té­res­sée ou en tout cas n’en profite pas consciem­ment via des réseaux d’in­fluence ? Naif je suis, voire dange­reux extré­miste.

Deman­der des comptes sur la qualité du service rendu, sur la sécu­rité des données, sur  la confi­den­tia­lité, sur le trai­te­ment commer­cial de mes infor­ma­tions person­nelles ? Là les quali­fi­ca­tifs trop nombreux pour les lister (parce que oui, les quali­fi­ca­tifs plus haut sont des retours réels et précis)

Je n’ex­clus pas d’être effec­ti­ve­ment un forcené para­noïaque à la limite de l’au­tisme, mais il semble quand même que le niveau d’exi­gence de mes pairs soit au plus bas depuis un ou deux ans (pas beau­coup plus). Je ne parle même pas de l’état du niveau d’exi­gence de mes pairs dans le domaine des métiers web, parce que là l’ex­pres­sion même semble appar­te­nir à un passé révolu.

Il ne s’agit pas de faire des scan­dales et des procès à tout bout de champ. Il faut savoir faire des compro­mis, ne pas se battre sur tout, et comprendre les inté­rêts de tous, mais pas oublier pour autant le niveau que nous sommes en droit d’at­tendre, ni confondre « prag­ma­tisme » avec « l’inac­cep­table est conve­nable s’il n’est fait qu’à moitié ».

La société dans laquelle nous vivons c’est nous qui la construi­sons. Il n’ap­par­tient qu’à nous d’ac­cep­ter ou de ne pas accep­ter, de faire nos choix. Respec­ter ses valeurs est possible, sans faire des efforts déme­su­rés ni faire blocage à tout. Il faut juste arrê­ter de renon­cer à tout bout de champ et réali­ser quels sont nos pré-requis.

Ce que je crains c’est que pour beau­coup ce stade ne soit déjà dépassé. À force de tout rela­ti­vi­ser, plus rien n’est impor­tant, tout est accep­table, voire normal. Il y a parfois un micro-réveil quand un détail ou un autre fait un peu de bruit dans la presse, mais c’est vite oublié.

Il serait peut être temps de se réveiller, avant de réali­ser que notre vie ne nous appar­tient plus.


3 réponses à “Niveau d’exi­gence”

  1. Coïncidence ou non, j’ai eu une « conversation » ce matin sur twitter à propos du fait que de plus en plus de services en ligne utilisent l’authentification twitter/google/facebook sans au moins proposer une alternative propre, ce qui introduit techniquement une dépendance extrêmement forte vis à vis de ces services tiers et surtout leur permet de tracer l’activité des utilisateurs du service concerné de manière invisible et transparente.
    Mais apparemment, c’est normal, c’est pour notre Bien à tous et tout comme toi, je suis un con/paranoïaque/autiste/extrémiste (rayez ou ajoutez l’adjectif adéquate, la liste n’est pas exhaustive).
    Il paraitrait même que le Web est fait pour ça, et que de toute façon, vu que tout le monde le fait, il ne faut pas s’en émouvoir, ou tout au moins ça ne sert à rien.
    J’ai comme un goût de vomi dans la bouche, là, subitement.

  2. Il ne faut pas oublier que tout cela est causé en grande partie par le modèle économique du « c’est gratos, et vu ce que je paye à mes fournisseur d’accès, encore heureux ! » : la publicité.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.