Migra­tions: le sauve­tage mari­time en perdi­tion


Quand la lutte contre l’im­mi­gra­tion s’im­pose trop forte­ment, elle empiète forcé­ment sur l’as­sis­tance aux personnes en danger.

Comment est-il possible qu’une embar­ca­tion dérive quinze jours en Médi­ter­ra­née sans que ses passa­gers ne soient secou­rus ? Cette ques­tion n’est pas théo­rique, elle s’ap­plique à de multiples cas dont au moins deux recen­sés en 2011 et 2012, dans cette mer qui est l’une des plus fréquen­tée au monde.

C’est au point où l’ar­ticle de Media­part recense des procès faits aux capi­taines qui ont bravé les rete­nues de l’ad­mi­nis­tra­tion pour porter assis­tance, comme ils en ont l’obli­ga­tion.

La ques­tion de l’im­mi­gra­tion n’est pas simple, mais rien ne peut justi­fier de lais­ser notre huma­nité aux orties. Notre confort ne vaut pas un tel renon­ce­ment.

Migra­tions: le sauve­tage mari­time en perdi­tion (article de Media­part, payant, mais je vous incite forte­ment à vous abon­ner vu le prix modique)


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.