Marine Le Pen veut créer « une natio­na­lité à points » – Laïcité


Oubliez le fait qu’on parle de Marine Le Pen. N’im­porte quel poli­tique peut dire n’im­porte quoi, et quand on parle de natio­na­lité ou de laïcité, aucun parti n’est à l’abri d’im­bé­ciles. Mais voilà, quand Marine Le Pen veut créer « une natio­na­lité à points », elle consi­dère qu’il faut se soumettre aux grands prin­cipes de la France, dont la laïcité. Et là ça me fait mal.

Ça ne me fait pas mal sur les grands prin­cipes ou sur la laïcité, mais sur la soumis­sion à la laïcité. Nous faisons telle­ment de cas de ce grand prin­cipe que nous en arri­vons à l’in­ver­ser tota­le­ment.

C’est le peuple et le citoyen de natio­na­lité française qui soumet l’état à un prin­cipe de laïcité. Le citoyen, lui, a au contraire un grand prin­cipe de liberté de son exer­cice et de son expres­sion reli­gieuse, garanti et par la consti­tu­tion et par la conven­tion des droits de l’homme.

Compre­nons nous bien, la laïcité est un attri­but de l’état

et, par exten­sion, de ses repré­sen­tants. On peut trou­ver anor­mal que le Président de la Répu­blique assiste offi­ciel­le­ment à une messe catho­lique. On peut consi­dé­rer comme une erreur grave qu’il accepte et vienne se faire remettre une charge reli­gieuse comme le titre de chanoine. On peut même trou­ver anti­cons­ti­tu­tion­nel que ce président parle de remettre la reli­gion au coeur de la vie de la cité. Tout ceci est une atteinte grave à la laïcité de l’État.

Par contre quand on parle de soumettre un citoyen nouvel­le­ment français au prin­cipe de laïcité je ne comprends plus. Ce prin­cipe ne s’ap­plique pas à lui, il est à son entière béné­fice. Lui a le droit d’ex­pri­mer sa reli­gion publique­ment, de l’exer­cer sans autre limi­ta­tion que la loi. On peut à la limite consi­dé­rer qu’il doit s’abs­te­nir de signes exté­rieurs osten­ta­toires quand il a un rôle public lié à l’État comme un rôle d’ac­cueil en mairie ou d’en­sei­gnant. On peut même (bien que je le digère mal), consi­dé­rer que ces signes doivent aussi être reti­rés dans quelques situa­tions très spéci­fiques comme le milieu éduca­tif où cela serait une pres­sion sur autrui trop impor­tante. Ça s’ar­rête là.

J’ai­me­rai bien qu’on puisse me dire dans quelle situa­tion un citoyen, en tant que citoyen, pour­rait faire une entorse au prin­cipe laïcité. Nulle part ça ne s’ap­plique à lui.

La Laïcité ce n’est pas la dispa­ri­tion des reli­gions, c’est l’in­dif­fé­rence totale par rapport à la ques­tion. Quand un poli­tique, en son rôle public parlant de poli­tique de l’État, cherche à mili­ter contre telle ou telle mani­fes­ta­tion reli­gieuse en usant du terme de laïcité, ce qu’il fait est exac­te­ment opposé au prin­cipe de laïcité. Du coup je retire un point au permis de natio­na­lité française de Marine Le Pen. Il en reste combien ?


Une réponse à “Marine Le Pen veut créer « une natio­na­lité à points » – Laïcité”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.