Livre, Recul sur l’oeuvre et adap­ta­tion

Livre, Recul sur l’oeuvre et adap­ta­tion

> Certaines alté­ra­tions vous ont-elles chagriné?

Je répon­drai par une autre ques­tion. Combien d’en­fants a Scar­lett O’Hara dans « Autant en emporte le vent »? Dans le film, elle en a un, et trois dans le roman. Deux formes, une histoire. À chacune son dispo­si­tif. C’est très bien comme ça.

Plus que le clas­sique « vous aimez bien tuer vos person­nages », c’est cette ques­tion qui m’in­té­resse. La réponse dénote non seule­ment d’un récul inté­res­sant sur sa propre créa­tion, où on en accepte des déri­va­tions et où tout n’est pas sacré, mais aussi sur la notion d’ad­pa­ta­tion au média.

Le fait que l’au­teur ait commencé par écrire pour l’écran avant de rédi­ger son livre papier doit certai­ne­ment aider à ce recul. Même en s’au­to­ri­sant à passer sous silence bien des passages, la tenta­tive d’adap­ta­tion fidèle gâche à mon avis bien des passages de livres à l’écran.

Échanges rappor­tés par Bibliobs

Photo d’en­tête sous licence CC BY-NC-ND par Gonga­shan


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.