L’ex­pé­rience 100 livres à 99 centimes


J’ai parlé de l’offre de Brage­lonne, mais fina­le­ment peu de mon expé­rience ou des livres eux-mêmes, alors voilà un ressenti à chaud :

Des fiches produit bien pauvres

Il est diffi­cile de juger des livres sur un bref résumé. Les fiches produits ont encore peu de nota­tions et de commen­taires lecteurs mais c’est peu éton­nant. Je ne me vois pas reve­nir sur la librai­rie pour noter un livre. J’irai sur un site social pour ça et à mon humble avis les librai­ries qui ont cher­ché à travailler seules sans inté­grer un site social tiers ont pris un mauvais chemin.

L’édi­teur aussi doit faire son travail pour enri­chir le résumé avec des liens ou des critiques. Souvent il n’y a même pas de bio de l’au­teur ou mention de ses autres livres remarquables.

Je me suis retrouvé à devoir juger sur le titre, la couver­ture, et un résumé souvent cari­ca­tu­ral (surtout pour le genre fantasy). Je pense que je me suis beau­coup plus fié à la couver­ture que je n’au­rai du. Sérieu­se­ment, ceux qui croient que l’ac­ti­vité du libraire est morte feraient bien d’ache­ter un livre en librai­rie puis un livre via Inter­net pour voir la diffé­rence. Il est temps d’avoir de vraies librai­ries sur le web.

Des offres encore peu adap­tées

J’étais parti à fond dans l’es­prit décou­verte, mais j’ai vite déchanté. Je ne crois pas qu’un libraire numé­rique ait réel­le­ment fait des mises en avant sélec­tives ou des coups de cœurs spéci­fiques à l’offre. Même à la fin de la jour­née, il semblait y avoir à peine un ou deux sites faisant état de conseils d’achat.

Avec des fiches produit très pauvres, ça a été un peu le hasard. Je m’étais fixé entre 20 et 50 euros comme budget. Si j’ai certai­ne­ment eu un panier bien plus impor­tant que la moyenne, je suis fina­le­ment resté dans le bas de ma four­chette, à cause de ça.

Ce n’est pas faute de l’avoir suggéré : J’at­ten­dais des packs. Peu importe qu’ils viennent du libraire ou de l’édi­teur, mais des offres « 20 livres qui parlent de dragons », « 5 livres qui font réflé­chir », « 15 livres qui abordent la magie diffé­rem­ment » auraient été une superbe expé­rience d’achat. Non seule­ment j’au­rai été incité à ache­ter plus, mais ça aurait aussi contri­bué à éviter le risque du lecteur qui ne profite que d’une baisse de prix sans augmen­ter son volume d’achat.

À vrai dire, si j’avais eu un « 100 livres à décou­vrir » avec un achat simple, j’au­rai proba­ble­ment cédé. Vu le prix j’au­rai accepté d’avoir plein de livres hors de ma zone d’in­té­rêt (et pourquoi pas me lais­ser tenter à décou­vrir) mais je n’al­lais pas les ajou­ter moi-même au panier, surtout pas 100 ajouts indi­vi­duels. Occa­sion manquée.

Des méta­don­nées encore plus pauvres

Passer au numé­rique ce n’est pas qu’en­ro­ber le contenu. Il ne vien­drait pas à l’es­prit de publier un livre papier qui a une zone « résumé » en quatrième de couver­ture et de la lais­ser vide. C’est ça qui me fait sortir un livre ou un autre de mon étagère suivant le moment.

Pourquoi donc en numé­rique laisse-t-on les résu­més des livres vides dans les méta­don­nées ? C’est impar­don­nable : Aucun des livres ache­tés ne semble avoir de résumé embarqué dans le fichier. Comment vais-je choi­sir lequel lire dans ma biblio­thèque person­nelle ?

Brage­lonne : Il faut *abso­lu­ment* faire quelque chose là dessus.

Côté clas­si­fi­ca­tion ce n’est pas mieux. La moitié des livres ont « fr » comme étiquette là où j’at­tends au moins « science-fiction », « poli­cier », « fantas­tique » et quelques autres genres de premier niveau.  L’autre moitié n’a rien. Je paye un verre à celui qui convain­cra Brage­lonne de non seule­ment mettre des genres de premier niveau, mais aussi une clas­si­fi­ca­tion complète et précise.

Là dessus je n’avais quasi­ment aucun espoir, mais quand le livre fait partie d’une série, la méta­don­née corres­pon­dante n’est elle non plus rensei­gnée. Fran­che­ment dommage.

Si vous voulez atti­rer des passion­nés ou prétendre faire de la qualité, les méta­don­nées sont un enjeu stra­té­gique, vrai­ment. Ils l’ont compris dans la musique, mais peut être un peu tard. Voulons-nous vrai­ment repro­duire toutes leurs bêtises et nous retrou­ver dans la même situa­tion ?


2 réponses à “L’ex­pé­rience 100 livres à 99 centimes”

  1. Je cite une réponse d’Alexandre Levasseur : « Ca tombe bien, la question des metas a été traitée chez nous depuis 1 mois. On a édité tous nos epubs. Coming soon » puis « une annonce aura lieu courant avril une fois qu’on sera bien prêts. »

    Si toutes les maisons d’édition bougeaient autant et dans le même sens, on aurait une véritable révolution sur les usages en fin d’année

  2. Je te rejoins sur la partie résumé et sur les packs. Alors que j’étais plutôt partie pour en acheter plusieurs, je ne suis reparti qu’avec un seul exemplaire sous le bras à cause du résumé et surtout de la couverture qui m’a plu. Le coté fastidieux d’avoir 10 pages de résultats à parcourir avec des résumés parfois proche entre deux ouvrages m’a finalement plus dissuadé qu’encouragé. J’ai même failli tout arrêter quand j’ai vu que je n’avais qu’un seul article dans le panier…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.