Le Parle­ment veut ficher les honnêtes gens


Le problème des fichiers de personnes, d’em­preintes, d’état civil, d’ADN, ce n’est pas tant ce qui est fait avec, mais ce qu’on pour­rait faire avec dans le futur en cas de dérive.

Quand le parle­ment veut ficher les honnêtes gens, il se pose trop faci­le­ment les mauvaises ques­tions. Oui, certes, il est plutôt utile et béné­fique à la société que si des empreintes sont rele­vées sur un lieu de crime, on puisse cher­cher à qui elles appar­tiennent. Le danger c’est que demain ce fichier soit utilisé pour des causes moins perti­nentes.

L’his­to­rique des fichiers poli­ciers, où la moitié sont hors cadre légal, où les fuites et autres détour­ne­ments sont régu­liers, plusieurs fois par an, n’aide pas trop à avoir confiance.

C’est à ce titre qu’il faut refu­ser un fichage géné­ra­lisé, ou une auto­ri­sa­tion de croi­ser les fichiers, même si les utili­sa­tions envi­sa­gées semblent légi­times. Ce sont les risques de dérive si un jour un indi­vidu ou une admi­nis­tra­tion sort des règles et du droit qu’il faut évaluer.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.