Le livre numé­rique c’est capi­tal (sur M6)


Pour ceux qui n’ont pas vu le repor­tage sur le livre numé­rique diffusé par M6 dans Capi­tal, voici un résumé :

  1. Amazon ils font du livre numé­rique, c’est super
  2. Les prix des éditeurs sont trop chers et il y a surement entente illé­gale
  3. ..mais ache­ter sur Amazon c’est quand même vache­ment simple
  4. Les éditeurs ne sont plus indis­pen­sables pour le livre numé­rique
  5. …d’ailleurs Amazon accueille des auteurs direc­te­ment, qui font plein de ventes
  6. Les éditeurs sont vrai­ment des méchants
  7. …heu­reu­se­ment qu’A­ma­zon est là (on vous a dit qu’ils sont super ?)

Bref, assez réduc­teur, et très promo­tion­nel pour Amazon. Pas que je leur reproche d’ailleurs, c’est un angle habi­tuel de Capi­tal : On trouve une grosse entre­prise qui a plein de brou­zoufs et on l’élève sur un piédes­tal.

En passant, forcé­ment, ça devient limite un publie-repor­tage qui fait l’écho de la ligne direc­trice de l’en­tre­prise ciblée. Pour Amazon c’est « achat simple, si les éditeurs bais­saient leurs prix on vendrait plus, et si les auteurs venaient direc­te­ment chez nous on aurait plus de marge ». On a retrouvé direc­te­ment ce fil rouge dans le repor­tage, même pas masqué.

On est passé vite sur les avan­tages du numé­riques, et on n’a quasi­ment pas vu les enjeux qu’il y a derrière. Les ques­tions de péren­nité, de prêt, de compa­ti­bi­lité de format, de marché dominé par quelques acteurs mono­po­lis­tiques, d’éco­sys­tème fermé, d’ho­mo­thé­tie entre le papier et le numé­rique, de diffé­rence entre les écrans des solu­tions de lecture, des capa­ci­tés d’an­no­ta­tion et d’en­ri­chis­se­ment, de numé­ri­sa­tion des indis­po­nibles, de vente des oeuvres orphe­lines, de l’ac­cès au patri­moine, …. Alors certes c’est du grand public et de l’in­tro­duc­tion, mais ne pas parler d’au moins deux ou trois ques­tions parmi tout ça (au moins les ques­tions de DRM et de prêt) c’est bacler le sujet.

 


Une réponse à “Le livre numé­rique c’est capi­tal (sur M6)”

  1. Question comme ça, parce qu’en effet je n’ai pas vu l’émission (je n’ai plus la télé du tout) : combien de temps au juste a été consacré au sujet ? On le voit dans ton dernier paragraphe : c’est un sujet vaste, qui soulève vraiment un tas questions.
    En un temps aussi limité que dans une émission comme celle-ci, on ne peut pas tout traiter, de toute façon… Ils ont donc dû faire des choix. Et de la part d’un média aussi (hum) neutre que la télé ou (hum hum) M6, est-ce qu’on pouvait s’attendre à ce qu’un reportage pose clairement les questions qui pourraient faire réfléchir les gens ou, horreur, risquer de porter préjudice au joli monopole verrouillé que leurs chers amis tentent de mettre en place ?
    (Rhâh, ça y est, je suis énervée. Je le sais, que je dois pas regarder la télé, pourtant.)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.