La voix obli­gée de l’Ély­sée


Quand on parle d’hy­per président et de volonté de contrôle de Nico­las Sarkozy, voici un exemple où les maires sont la voix obli­gée de l’Ély­sée.

Bon, pas si obli­gée que ça, mais combien se lais­se­ront fina­le­ment avoir et feront le discours demandé ? Quel est le droit du Président de faire une telle demande. N’abuse-t-il pas de sa posi­tion en faisant une telle demande qui n’est fondé sur aucun texte lui donnant ce rôle ou ce pouvoir ?

J’ai l’hon­neur de vous faire parve­nir, sous ce pli, le message du président de la Répu­blique, qui devra être lu lors de la céré­mo­nie commé­mo­ra­tive du 11 novembre que vous orga­ni­se­rez dans votre commune. [la graisse est de moi]

Mais surtout ce qui gêne c’est que ce n’est même pas une ques­tion de simple abus ou exagé­ra­tion de rôle de Président, c’est l’uti­li­sa­tion de ce rôle à des fins de commu­ni­ca­tion poli­tique parti­sane, voire de campagne. Parce que n’en doutons pas un instant, il s’agit là d’un sujet fait pour rallier ou faire parler, à des fins de combat entre partis, pas d’une volonté de fond au nom de la France. Et ça c’est peut être ce que je trouve le plus inac­cep­table.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.