La refon­da­tion sociale


Quand Ernest-Antoine Seillière a pris les rênes du Medef [de 1998 à 2005, ndlr], il a procédé à une « refon­da­tion sociale », c’est-à-dire une inver­sion de la théo­rie marxiste de la lutte des classes : les riches sont deve­nus des « créa­teurs de richesses ». Et les ouvriers, qui sont les créa­teurs de richesses et de plus-value selon la théo­rie marxiste, sont deve­nus des « charges » et des variables d’ajus­te­ment.
Monique Pinçon-Char­lot, en inter­view

Je n’ai pas de conscience poli­tique de ces dates là. Je sais juste qu’aujourd’­hui il devient juste évident qu’il faut allé­ger ces charges et aider les créa­teurs d’em­ploi plutôt que de soute­nir les plus faibles.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.