La Grèce aurait gonflé son défi­cit public sous l’oeil de Bruxelles pour justi­fier l’aus­té­rité


Je ne sais même pas comment analy­ser ça. Le titre se suffit presque à lui même :

La Grèce aurait gonflé son défi­cit public sous l’oeil de Bruxelles pour justi­fier l’aus­té­rité

On ne parle pas que de rumeurs de complots, on parle d’une infor­ma­tion judi­ciaire offi­ciel­le­ment en cours.

La super­che­rie, si elle est avérée, aurait eu pour but de choquer l’opi­nion afin qu’elle accepte mieux la cure d’aus­té­rité impo­sée par l’Union euro­péenne et le Fonds moné­taire inter­na­tio­nal en échange de leur aide finan­cière.

[…]

sans cette mani­pu­la­tion, le défi­cit public pour l’an­née 2009 ne dépas­sait pas 12,5%, au lieu des 15,4% annon­cés, et aurait pu être aisé­ment ramené en dessous des 10% à l’aide de mesures immé­diates.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.