La faute à Ève

Et puis ils ont montré la même scène, avec le gamin noir.
Et là, vraiment, SINCÈREMENT, je vous jure, ça rendait pas pareil. Là mon bide a crié : « Aaaah, oui, là ok, oui ! Là on dirait un voleur ! », avant que j’aie eu le temps de réagir.

[….]

C’était la télé, c’était les films, les clichés un peu trop vus mais tellement faciles et presque rassurants, c’était le discours ambiant, c’était les préjugés idiots qu’on entend en n’étant pas d’accord au fond en théorie mais qu’on entend quand même huit fois, dix fois, quatre-vingt-seize fois par jour et qui filtrent, petit à petit, et qui laissent une humidité à peine visible mais qui se transforme quand même en moisissure.

[…]

Et j’ai réalisé d’un coup.[ …] j’ai réalisé des années après que c’est pas PARCE QUE les garçons aiment le foot qu’on parle de foot aux garçons, mais peut-être bien l’inverse.
J’ai touché du doigt à quel point ce sont les putains de petits cailloux qui font les putains de grandes rivières.

[…]

J’ai avalé la pilule rouge, sans préavis.
J’ai revu les livres pour enfants, les cartables roses, les stylos pour filles, les déguisements d’infirmières et les déguisements de médecins, les espionnes en talons aiguilles de mes séries, les profs qui demandent aux mecs ce qu’ils ont pensé du match, les cases mademoiselle et madame, et je les ai lus autrement.
J’ai compris, enfin, l’histoire de ma mère qui, quand je lui avais raconté mon exaspération du débat du mademoiselle, m’avait raconté sa concierge qui s’était mise à la regarder dans les yeux et à lui sourire quand ma mère avait enfin pu troquer son mademoiselle en madame, quand elle avait enfin cessé de vivre dans le péché.

Parce que c’est important, et que je n’ai moi aussi réalisé ça que récemment, mais que je sais que je suis très loin de m’en être sorti, que malgré toute la bonne volonté c’est un combat de tous les jours pour s’extraire de l’image qu’on se construit inconsciemment pendant des années.

Vraiment à lire, parce que c’est bien expliqué : La faute à Éve, par Jaddo. Nos petits actes ont tous des conséquences, et nous sommes bien moins imperméables à tout cela que nous le pensons. Le danger est justement là, dans cette perméabilité involontaire et inconsciente.

2 réponses sur “La faute à Ève”

  1. Le « jmenfoutisme » est une bonne contre-réaction : sur ce type de vidéo… la couleur de peau du voleur ne m’aurait ni chaud ni froid.
    Je rigole des blagues sur les femmes et je n’aime pas les propos machistes.
    Sois je suis schyzo soit… je ne sais pas :p

  2. Contre vents et marées j’ai dit pendant tellement longtemps que je n’aimais pas le foot. Chaque fois j’essuyai l’incompréhension.

    Très bon article, une trouvaille.

    (Cela dit, sur la perméabilité, moi j’achète des Lego Technic à ma fille quand elle-même se paye des Lego Friends, par exemple. Et mon fiston fait des câlins quand il est triste et on lui explique que pleurer ne fait pas de lui une fillette. Mais tu as raison, c’est une vigilance constante envers soi-même.)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

J'utilise encore les commentaires mais je ne garantis pas qu'ils seront en ligne de façon permanente.

Vous êtes incités à lier et commenter ce billet depuis votre propre espace. Si votre outil gère les Web mentions votre publication sera automatiquement référencée ici au bout d'un moment. À défaut, vous pouvez poser le lien ci-dessous.