Kindle vidé

J’ai du mal à expliquer que oui Amazon a été excep­tion­nel sur le livre numé­rique, que sa plate­forme est tech­nique­ment abou­tie, mais que malgré les avan­tages tech­niques la solu­tion Kindle est inac­cep­table.

Avec Amazon qui efface le livre « 1984 » des liseuses de ses clients on avait pour­tant déjà un signal fort. Visi­ble­ment c’était trop loin­tain, trop sur l’anec­dote. Même les geeks renoncent à croire qu’un problème peut leur arri­ver, à eux.

Bon, un livre c’est encore gérable si on vous rembourse, même faire un exemple sur 1984 relève d’un humour noir certain. Quid de vous effa­cer toute votre librai­rie et de vous inter­dire de recréer un compte ou d’ac­cé­der à vos achats ? Aucune expli­ca­tion concrete, la société s’au­to­rise tout simple­ment à vous reti­rer les droits sur tout votre contenu. Je serai très surpris qu’un quel­conque rembour­se­ment soit possible. Quand bien même il y aurait une fin heureuse cette fois ci – ce qui ici semble peu probable – ça risque d’être long, pénible, et très lié à la publi­cité qu’on peut faire autour de sa situa­tion person­nelle.

Oh, un service client peu commu­ni­ca­tif peut arri­ver partout. La diffé­rence est qu’ici la combi­nai­son du format proprié­taire, du DRM et du stockage dans les nuages fait perdre toute donnée. Choi­sis­sez un libraire qui vous permet de télé­char­ger vos livres, qui utilise un format stan­dard pour cela, qui n’ajoute pas code incom­pa­tible dans ces fichiers, qui n’uti­lise les DRM que quand c’est stric­te­ment requis, et qui dans ce cas là utilise le DRM commun à toute l’in­ter­pro­fes­sion, pour l’in­te­ro­pé­ra­bi­lité.

Je peux citer la société à laquelle je colla­bore mais ce n’est pas l’objet ici, nous ne sommes pas les seuls. Vous avez tout un choix d’in­ter­lo­cu­teurs à votre dispo­si­tion. Certaines socié­tés font le choix de viser unique­ment leur inté­rêt quand d’autres posent des prin­cipes fonda­teurs qui permettent de guider la suite. La ques­tion c’est celle de se lais­ser enfer­mer par une société qui, de par sa posi­tion ultra domi­nante, ne vous lais­sera aucune échap­pa­toire, ou de sacri­fier un peu de confort pour éviter les menottes. Que ferez-vous ?

8 commentaires

  1. Moi je fais : Pas Kindle, mais une liseuse sans « magasin intégré », ce qui me force à gérer moi-même ma bibliothèque. Ajoutes 5 niveaux de ceintures et bretelles, et je ne perdrais pas tout de suite mes livres. Et le jour où je les perdrais, j’aurais autre chose à faire que m’en soucier.

  2. Le problème est bien là, le kindle est une très belle machine, mais de laquelle on se retrouve à la fois prisonnier et otage. J’ai un Nook, avec impossibilité depuis la France d’acheter chez B&N, et c’est très bien comme ça : mes livres, je les achète à part, chez les libraires de mon choix, et j’ai Calibre pour gérer ma bibliothèque (et une carte SD sur la liseuse).
    Les livres m’appartiennent, et en tout cas, on ne risque pas de me les effacer à distance.
    Et bien sûr, ça marche aussi avec d’autres liseuses, la Cybook Odyssey ou la dernière Sony par exemple.

    1. Pourquoi seulement « la dernière Sony » ? A ma connaissance, depuis la Librié (et donc avant l’existence de Calibre ou même d’ePub), il a toujours été possible de mettre un peu ce qu’on veut sur les Sony (moyennant conversion, mais c’est aussi ce que fait Calibre dans le dos).

    2. C’est possible aussi avec la Kindle. Le problème c’est que personne ne le sait. (Et dans certains sens (pour sortir), c’est interdit par les conditions d’utilisation.

    3. Si personne ne le sait, c’est que personne ne lit la doc d’Amazon, ce qui dans le cas d’un support de lecture, est assez ironique :-) Y’a une différence entre « c’est techniquement possible » et « allez-y les gars » : quand en 2012 on sort encore une liseuse qui ne sait pas lire nativement de l’ePub 2, c’est quand même un message assez fort pour dire « oubliez le techniquement possible, oubliez que vous êtes propriétaires, venez louer. »

  3. @Damien B : je parlais des liseuses actuellement disponibles à la vente, mais vous avez bien entendu raison. Et c’est vrai que c’est aussi possible sur le kindle, mais le kindle n’offre pas la possibilité d’ajouter une carte SD, et « seulement » 2go de stockage. Mais surtout, tout est fait pour inciter à l’achat sur la boutique kindle. C’est économiquement tout à fait réussi, mais pour l’utilisateur, il y a un risque : celui de se voir retirer arbitrairement les livres stockés sur les serveurs d’Amazon.

    1. Dans « actuellement à la vente », il y a plein de modèles en eInk Pearl qui valent le coup :-) (je dis ça en tant que fervent acheteur de livres d’occasion).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *