Jour­na­listes, arrê­tez de parler de méta­don­nées


D’abord c’est quoi une méta­don­née ? Le préfixe « méta » est utilisé pour dési­gner une réflexion. La méta­don­née c’est une donnée sur la donnée.

La donnée d’une conver­sa­tion télé­pho­nique c’est la conver­sa­tion. La méta­don­nées c’est qui télé­phone à qui, combien de temps ça dure, dans quelle langue, par quel opéra­teur, à quelle heure, etc.

Le point impor­tant c’est que tout ça est ques­tion de contexte. La « donnée sur la donnée » est une donnée à part entière. Si vous vous inté­res­sez à qui télé­phone à qui, ce que vous récu­pé­rez c’est de la donnée, pas de la « méta­don­née ».

Ce qui pouvait être un simple terme tech­nique devient un élément de langage pour amoin­drir l’im­por­tance du viol de nos vies privées.

Les États ne récu­pèrent pas des méta­don­nées, ils récu­pèrent nos données, tout simple­ment. Pas toutes les données, par exemple peut être pas le contenu des conver­sa­tion télé­pho­nique, ou pas tout le temps, mais des données tout de même, et pas des moindres.

En conti­nuant à parler de méta­don­nées vous sortez de la descrip­tion objec­tive de ce qu’il se passe et vous oubliez votre rôle d’ana­lyste de l’in­for­ma­tion : Vous retrans­met­tez les éléments de langages de tiers qui ont pour but de façon­ner le ressenti de vos lecteurs. En cela vous trom­pez et vous vous compro­met­tez.

Petit exemple pratique ? Quand on titre « Voda­fone confirme que six pays ont un accès direct à ses méta­don­nées » on trompe le lecteur en le distançant de ce qu’il se passe. Non seule­ment ce sont des données, mais ce sont les données de ses clients, pas celles de Voda­fone (même s’il en a le dépôt).

Titrez « Voda­fone confirme que six pays ont accès à une partie des données de ses clients » et vous verrez une prise de conscience bien diffé­rente. Ce sera en tout cas bien plus proche de ce qu’il se passe.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.