Je ne comprends pas


Je pour­rais encore et encore me scan­da­li­ser des sorties de nos repré­sen­tants en réac­tion au meurtre récent, toutes plus stupides et dange­reuses les unes que les autres, et certaines fonciè­re­ment racistes ou xéno­phobes. Je pour­rais expliquer et mili­ter, encore et encore.

Mais surtout je ne comprends pas. Vrai­ment. Je ne comprends pas cette esca­lade.

Même en agré­geant une décen­nie d’at­ten­tats en France, nous arri­vons à peine à quelques centaines de morts et rien — à part nos propres réac­tions poli­tiques — qui ait réel­le­ment mis à mal nos liber­tés ou notre sécu­rité, du moins pas au regard des autres enjeux et des autres risques.

Ce n’est pas rien, ça mérite toute notre atten­tion, mais des morts et des scènes horribles on en a eu d’autres. Une femme meurt tous les deux jours sous les coups de son conjoint, avec plus d’une centaine de viols par jour, rien qu’en France, plus d’un demi-million sur la décen­nie. Cette mort là est parti­cu­liè­re­ment barbare mais ce n’est pas non plus unique, malheu­reu­se­ment.

Pour autant c’est ici que nous passons en mode bull­do­zer écra­sant tout sur son passage. Nous faisons fi de toute raison ou de tout dommage colla­té­ral.

Trai­tez-moi d’in­sen­sible ou de déta­ché mais vous auriez tort. Ce n’est pas un froid rela­ti­visme à partir d’une naïve compa­rai­son de chiffres. Je ne cherche pas quel est le pire ni ne rejette l’hor­reur sous prétexte qu’il y a pire. Ça n’au­rait aucun sens.

Si je remets en contexte c’est que je ne comprends simple­ment pas comment nous justi­fions des discours d’un tel renon­ce­ment à toute mesure, à nos liber­tés et à nos valeurs. Je ne comprends pas l’em­bal­le­ment de ces jours ci.

Notre président a plusieurs fois dit « nous sommes en guerre » par le passé. Nous venons effec­ti­ve­ment de passer dans une logique de guerre, où tout devient possible, où la fin justi­fie les moyens, et où on accepte de mettre nos prin­cipes au placard.

Peut-être que ça va se calmer d’ici quelques jours. Je le souhaite. Je l’es­père. Même dans ce cas, nous avons passé des lignes que je ne pensais pas voir de la part des personnes au pouvoir.


2 réponses à “Je ne comprends pas”

  1. N’est-ce pas en partie le résultat de la peur que d’autres occupent l’espace de communications ? « Control the narrative »

    Tel que la parole dans l’espace public est conçu en ce moment, chaque absence de mots est l’opportunité pour un autre de le remplir avec sa propre bouillie. Parler pour ne rien dire.

    Donc probablement, les politiques remplissent le lieu de la parole avec des mots, plutôt que de construire de la parole autour des événements.

  2. Je suis plutôt d’accord avec toi mais je pense que la réaction autour de chaque attaque se veut crescendo car c’est ce que notre société veut, d’une certaine manière : communiquer plus haut, plus fort.

    Une vaste majorité de la population va apprécier ces hommages, ces beaux discours même si ils ne mènent nulle part, c’est faire une belle utilisation de nos figurants politiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.