Inter­dit de mani­fes­ta­tion

Les préfets utilisent l’état d’ur­gence pour inter­dire à certaines personnes les zones de mani­fes­ta­tion. C’est déjà large­ment inac­cep­table d’uti­li­ser les lois d’ex­cep­tion anti-terro­ristes pour ce type de motifs.

Sur le papier jusqu’à présent on tentait de justi­fier que ça ciblait des casseurs et des violents, même si parfois ça a été des jour­na­listes ou des gens jamais même inter­pe­lés et encore moins condam­nés pour quoi que ce soit.

Aujourd’­hui on touche le fond. On touche ceux qui ont un rôle actif dans la mani­fes­ta­tion – droit essen­tiel garanti par la consti­tu­tion – mais absents des affron­te­ments.

Motif pure­ment poli­tique donc. Pourquoi lais­sons-nous faire ce scan­dale ?

source Le Monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *