Fraudes suppo­sées : non lieu pour Hebbadj


Nos repré­sen­tants élus ont lapidé un homme en public. Il y a eu des accu­sa­tions de viol, de poly­ga­mie, de fraudes aux aides sociales, et proba­ble­ment deux ou trois choses que j’ai pu oublier. Pour l’his­toire de départ de niqab au volant, il y a fina­le­ment eu relaxe. Pour la poly­ga­mie, rien ne tient et il n’y a à ma connais­sance même pas eu réel­le­ment plainte. Pour l’ac­cu­sa­tion de fraudes suppo­sées : non lieu pour Hebbadj.

Plus que les accu­sa­tions elles-mêmes, ce qui est choquant c’est l’achar­ne­ment de nos repré­sen­tants sur une personne, via les moyens de l’État, pour soute­nir une poli­tique symbole et mettre à bas celui qui a résisté. C’est au point où dès la loi sur la dissi­mu­la­tion du visage passée, il y a eu des poli­ciers devant l’école des femmes liées à Lies Hebbadj pour bien poser trois contra­ven­tions.

Je ne parle pas de la loi elle-même, du choix de société qu’on souhaite, du soutien ou de la désap­pro­ba­tion d’un mode de vie. L’achar­ne­ment sur une personne, via des procès et accu­sa­tions illé­gi­times, n’est pas justi­fiable. L’État devient un outil d’op­pres­sion arbi­traire afin de soute­nir les choix poli­tiques d’un élu, au lieu d’être au contraire l’ou­til de défense du citoyen.

Le problème c’est que visi­ble­ment il n’y a rien qui permette d’em­pê­cher que ça se repro­duise encore.


Une réponse à “Fraudes suppo­sées : non lieu pour Hebbadj”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.