Excep­tion au droit d’au­teur sur l’es­pace public


Pour éviter des chan­ge­ments au droit d’au­teur qui n’iraient pas dans le sens d’un durcis­se­ment, dans un pays post-Char­lie, quoi de mieux que de se posi­tion­ner en défen­seur de la liberté d’ex­pres­sion ? Ça n’a rien à voir, effec­ti­ve­ment, mais ça frap­pera les esprits, et les média.

Le message était bien passé chez les écri­vains. On voit désor­mais qu’il est bien passé chez les archi­tectes :

Autre­ment dit, [Le droit de pano­rama est] d’une atteinte à la liberté d’ex­pres­sion puisque les œuvres créées pour­ront être pillées, déna­tu­rées et par là même provoquer un appau­vris­se­ment de la Culture en espace public.

Péti­tion contre le droit de pano­rama

Sérieu­se­ment, quelqu’un m’ex­plique en quoi avoir le droit de photo­gra­phier un monu­ment est atten­ta­toire à la liberté d’ex­pres­sion ? En quoi avoir le droit de le dessi­ner risque de le déna­tu­rer ? En quoi diffu­ser ces prises de vue appau­vrit la culture ?

Parce que fina­le­ment j’au­rais tendance à dire que pouvoir utili­ser une image prise en espace publique ouvre des espaces pour la liberté d’ex­pres­sion et enri­chit la culture. Ques­tion de point de vue.

Si les argu­ments en sont là, c’est qu’il n’y a vrai­ment plus aucune bonne raison de ne pas ouvrir un peu le droit d’au­teur. Pas n’im­porte comment, mais l’ou­vrir un peu là où c’est perti­nent.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.