Catégories
Vie privée

Et mes données person­nelles ?

Spotify accé­dant d’une part à tes données et d’autre part à la météo, il ajuste ses play­lists au temps qu’il fait. (Je vais vomir, je reviens.)

C’est la grande contra­dic­tion des données person­nelles.

Bien sûr que je veux que mes appli­ca­tions utilisent mes données person­nelles. Elles sont là pour auto­ma­ti­ser ou me simpli­fier la vie et tout ce que je fais avec est person­nel, donc touche par défi­ni­tion des données person­nelles.

Je choi­sis effec­ti­ve­ment mes listes de lecture en fonc­tion du temps qu’il fait, de l’heure de la jour­née, de si je suis au travail ou pas. Je peux limi­ter mon lecteur audio au contenu de mes diffé­rentes listes de lecture (c’est déjà sacré­ment person­nel) et inter­ve­nir à la main pour choi­sir la bonne liste en fonc­tion du temps mais pourquoi refu­se­rais-je une auto­ma­ti­sa­tion du mode par défaut ?

Au contraire, j’ai­me­rais même qu’il tente de regar­der quelles appli­ca­tions j’uti­lise et à quelle vitesse je frappe au clavier pour me lancer quelque chose de repo­sant (réflexion) ou de dyna­mi­sant (exécu­tion) suivant les cas. J’ai­me­rais qu’il détecte si je suis chez moi ou à l’ex­té­rieur, en dépla­ce­ment ponc­tuel ou en congés, etc.

Plus mes logi­ciels prennent en compte de données, plus ils pour­ront me propo­ser quelque chose d’éla­boré et m’épar­gner du boulot. Tant mieux.

J’ai l’im­pres­sion qu’en se battant contre ça on se trompe de combat.


L’enjeu pour moi n’est pas que mes logi­ciels ou des services en ligne utilisent mes données person­nelles, c’est de comprendre ce qu’ils font pour éviter d’être assujetti à un algo­rithme.

Oui je mets une musique diffé­rente en plein soleil et par jour de pluie, mais je ne veux pas non plus que le logi­ciel finisse par me faire dépri­mer chaque fois qu’il pleut. Oui j’ai­me­rais bien que mon lecteur d’ac­tua­lité me montre le plus impor­tant en premier mais ce qu’il va choi­sir ou non va forcé­ment impac­ter mon atten­tion et ma compré­hen­sion du monde.

Les auto­ma­ti­sa­tions ont une influence énorme. J’ai besoin que les auto­ma­ti­sa­tions faites soient expli­ci­tées et expliquées, idéa­le­ment désac­ti­vable. C’est vrai de façon géné­rale mais encore plus si ça met en jeu mes données person­nelles.


La vraie diffi­culté elle est surtout au niveau de la confiance. Si j’au­to­rise Spotify à utili­ser ma géolo­ca­li­sa­tion ils risquent aussi de stocker un histo­rique chez eux. Là c’est poten­tiel­le­ment une donnée plus sensible, surtout si elle fuite. Ils risquent d’uti­li­ser tout ça pour de la publi­cité, pour complé­ter mon profil auprès de tiers, ou pour je ne sais quoi d’autre.

Résul­tat : Je ne partage pas. Ni ma géolo­ca­li­sa­tion, ni (surtout pas) mes contacts. Je refuse quasi­ment tout ce que je peux sur les auto­ri­sa­tions de mon Android. Manque de confiance.

Mon problème n’est pas dans l’uti­li­sa­tion des données person­nelle, il est dans leur contrôle. Si j’avais un moyen d’avoir un enga­ge­ment raison­nable du type « j’uti­lise tes données person­nelles mais elles sont stockées en local chez toi, je ne les exporte jamais à des tiers et je ne les croise jamais avec celles de tiers » je signe­rais la plupart du temps.

Bref, une ques­tion de confiance. Ma confiance en Spotify est limi­tée — comment en n’im­porte quelle société basée au moins partiel­le­ment sur l’af­fi­chage de publi­cité ciblée et donc sur le profi­lage des utili­sa­teurs — mais je peux diffi­ci­le­ment repro­cher à Spotify le manque de confiance que moi-même je lui porte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *