Il ne faut pas essayer. Il faut faire.


Je l’en­tends encore et ça me fatigue à chaque fois.

Il y a du sens, quand on parle d’une action à réali­ser, là où « je vais essayer » revient à dire « je remets à plus tard » et où « je fais » revient à dire « je m’en occupe main­te­nant et tu peux comp­ter dessus« .

C’est depuis devenu un mantra de mana­ge­ment. Il ne faut pas essayer, il faut faire.

Malheu­reu­se­ment, en dehors du contexte initial, quand on parle de résul­tats à atteindre, ça sert surtout à rassu­rer le mana­ger, au détri­ment de la recon­nais­sance du travail du colla­bo­ra­teur et de la rela­tion de confiance.

On met d’un coup des œillères pour ne pas voir l’in­cer­ti­tude ou le risque.

On dit au colla­bo­ra­teur que son effort ne compte pas. On lui laisse entendre que l’ab­sence de résul­tat sera un échec. On le place lui-même dans une situa­tion de stress et de senti­ment d’injus­tice.

La seconde fois on l’in­cite à ne plus propo­ser, faute de se retrou­ver engagé malgré lui à un résul­tat qu’il ne peut assu­rer.

La troi­sième fois on l’in­cite à ne plus croire aux enga­ge­ments et aux objec­tifs qu’on lui commu­niquera, faute de savoir quelle crédi­bi­lité et quelle confiance il peut y appor­ter.

Tout ça pour rassu­rer le mana­ger qui pourra repar­tir de la discus­sion en croyant avoir renforcé la moti­va­tion de son inter­lo­cu­teur…


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.