Écrire plein de fautes


Il fut un temps où j’étais fier de mon écri­ture. J’ai même coécrit un livre de 800 pages avec très peu de correc­tions lors des relec­tures.

IRC a dégradé tout ça avec le temps. J’ai appris à écrire au fil de l’eau et envoyer immé­dia­te­ment. Ça demande d’ac­cep­ter de faire des fautes et de voir les autres en faire. Rien de grave mais l’œil s’ha­bi­tue et on saute moins au plafond quand on fait des fautes, ce qui nous habi­tue encore plus vite.

C’est devenu un vrai problème avec la saisie rapide sur smart­phone. Au delà des fautes de français s’ajoutent les frappes approxi­ma­tives. J’ai parfois des mots qui manquent ou qui ne sont plus compré­hen­sibles, d’autres mal corri­gés par l’al­go­rithme. La spirale néga­tive s’ali­mente d’au­tant plus vite. Sur les textes courts et instan­ta­nés, je ne sais désor­mais plus si j’écris plus souvent avec erreurs ou sans.

Je ne prends pas de bonne réso­lu­tion. J’es­père renver­ser un peu la vapeur. L’idée n’est pas forcé­ment de faire moins de fautes mais de moins m’ha­bi­tuer. Si vous voulez m’ai­der, vous êtes bien­ve­nus à me les signa­ler en privé quand vous en voyez.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.