Donne moi un lien, et demande des sous à Google


J’en parlais il y a peu : La presse qui critique Google profite elle-même des conte­nus de tiers, souvent gratui­te­ment. La réuti­li­sa­tion de photos « trou­vées sur le net » est même un grand clas­sique. Bien entendu c’est hors de tout droit d’au­teur.

Les rares fois où ces détour­ne­ments sont repé­rés et qu’il y a suffi­sam­ment de pres­sion, les images sont suppri­més après coup (de toutes façon l’au­dience est passée, l’édi­teur de presse s’en moque) ou on fait un lien vers la source. C’est ce qu’il s’est passé ici avec M6.

Le pire n’est même pas cette atti­tude hypo­crite de la part de la presse, c’est que les auteurs initiaux se contentent de « c’est fini, ils ont mis un lien vers chez moi », favo­ri­sant l’idée que ces reprises sont légi­times et qu’au pire on ajou­tera des liens après coup quand ça n’aura plus aucune impor­tance. Non, la visi­bi­lité n’est pas une contre­par­tie légi­time, surtout quand on se fait prendre après coup.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.