Je lorgne les vélos à assis­tance élec­trique. Ce n’est pas la première fois, mais si le prochain taf est à distance accep­table en vélo, je pense que je vais craquer. La seule chose qui me retien­drait, outre le prix, ce n’est ni la pluie ni le froid mais les usagers en voiture ou en scoo­ter qui sont un risque de sécu­rité.

Du coup je fouille. De ce que je vois je retiens quelques trucs. Je les pose ici au cas où ça serve à d’autres, mais aussi pour collec­ter vos retours si vous en avez.

  1. Assis­tance élec­trique
  2. Moteur dans le péda­lier
  3. Capteur d’ef­fort et pas seule­ment un capteur de rota­tion
  4. Cadre bas ou inter­mé­diaire
  5. Boitier de vitesse dans le moyeu arrière
  6. Freins hydrau­liques sur la jante ou sur disque
  7. En fonc­tion du prix : une batte­rie Li-Po , sinon une Li-Ion
  8. En fonc­tion du prix : pas plus de 25kg batte­rie incluse
  9. Éven­tuel­le­ment un boitier de vitesse auto­ma­tique ?
  10. Éven­tuel­le­ment une trans­mis­sion à cour­roie ?

Défaut de tout ça : Ça coute cher, très cher.  Proba­ble­ment même trop cher si je suis ce cahier des charges.

Pour l’ins­tant je suis surtout inté­ressé par des retours d’ex­pé­rience sur les deux derniers points (mais n’hé­si­tez pas à commen­ter sur le reste, même si c’est pour confor­ter les choix)

Boitier de vitesse dans le moyeu et boitier auto­ma­tique

Le boitier de vitesse inté­gré au moyeu c’est une révo­lu­tion depuis que j’ai testé il y a quelques années sur un vélo clas­sique. Pas de dérailleurs, moins d’en­tre­tien, possi­bi­lité de chan­ger de vitesse à l’ar­rêt, etc. Certains rétro­gradent même auto­ma­tique­ment quand le vélo s’ar­rête pour redé­mar­rer plus faci­le­ment. Les Nuvinci ont aussi un système progres­sif avec un nombre de vitesse infini, sans paliers prédé­ter­mi­nés.

Le seul défaut est dans le poids du boitier mais ce n’est pas forcé­ment le critère le plus impor­tant sur un vélo élec­trique.

La dernière fois j’avais vu passer les Nuvinci Harmony. En plus du système progres­sif, ils savent choi­sir auto­ma­tique­ment le rapport idéal en fonc­tion de la vitesse de péda­lage choi­sie. Si on va moins vite parce qu’on force, le rapport d’al­lège. Si on va trop vite parce que c’est trop facile, le rapport se durcit.

Outre le confort d’être en perma­nence au bon rapport, c’est sacré­ment utile en VAE où le moteur compense partiel­le­ment les mauvais rapports. Les boitiers auto­ma­tiques permettent de moins le faire forcer inuti­le­ment, et donc d’avoir plus d’au­to­no­mie.

Depuis Shimano a aussi couplé les boitiers Alfine Di2 avec ses moteurs pour lui aussi faire des passages de vitesse auto­ma­tique. Nuvinci a aussi étendu son système pour le coupler avec le moteur Bosh et la console du VAE.

Outre le poids et le prix (oui, c’est cher), on m’a pointé que le boitier ne peut évidem­ment pas anti­ci­per les montées. Il faut donc quelques tours de pédales un peu moins agréables au début des montées. Est-ce vrai­ment gênant à l’usage ?

L’idée me plait, d’au­tant que je veux passer à l’au­to­ma­tique aussi sur la voiture, mais je ne sais pas si ça apporte un vrai confort ou si c’est gadget.

Trans­mis­sion à cour­roie

J’ai appris ce soir qu’il exis­tait des vélos avec une trans­mis­sion par cour­roie plutôt que par chaîne. Une fois le dérailleur écarté pour un boitier dans le moyeu, c’est vrai qu’on peut imagi­ner utili­ser autre chose qu’une chaîne bien lourde.

Main­te­nant je ne sais pas si le gain de poids est réel, s’il y a de nouveaux défauts pour contre­ba­lan­cer, ou si c’est plus cher (pour l’ins­tant je ne le vois que sur quelques modèles haut de gamme, mais c’est peut être juste que l’in­no­va­tion est récente).

Photo d’en­tête sous licence CC BY-NC-SA par Rob Chan­da­nais

Rejoindre la conversation

6 commentaires

  1. La question que je continue d’avoir à l’esprit, concernant les vitesses au moyeu, est celle de la liberté offerte de changer de régime. Il m’arrive fréquemment de rétrograder d’une vitesse ou deux pour mouliner davantage (de façon significative) sur un court moment et remonter les rapports une fois la vitesse acquise (comme on peut le faire en voiture d’ailleurs). La technique est très efficace. Plus rare, mais ça m’arrive aussi : me mettre en sous-régime et forcer un peu plus, pour l’exercice. Mais est-elle possible avec un moyeu qui s’adapte à un régime ? Lequel d’ailleurs ? (personellement je suis à l’aise sur un 60-70 tours/minute par exemple). J’ignore totalement. Impression que ce n’est pas possible justement.

    1. L’objectif de ces systèmes c’est de laisser faire la machine.
      Pour le nuvinci (réglage pas cadence) tu sembles pouvoir changer la cadence cible à volonté avec la molette. C’est réglable entre 40 t/min et 80 t/min.
      Pour l’alfine (qui se règle à l’effort et pas juste à la vitesse de pédalage) je n’ai pas lu d’info sur la possibilité de changer l’effort cible en cours de conduite.

      Après que ce soit nuvinci ou aline, les deux systèmes permettent de repasser en manuel depuis le volant.
      Au pire tu as un système de vitesse manuel classique (mais ce n’est pas trop l’objectif)

      Note: je n’ai testé aucun des deux, je parle à partir de ce que j’ai lu

  2. J’ai un vélo à courroie depuis le début du printemps (avec un Alfine 8). Avantages : silence et propreté. Adieu zébrures de cambouis sur les pantalons. Pas de graissage. Inconvénient : c’est plus pénible quand tu crèves à l’arrière. Le démontage est plus complexe et pour certains vélos, tu dois revoir la tension de courroie — dans mon cas au niveau du pédalier à excentrique. Fait que tu dois emporter toute une trousse à outils en randonnée. Je recommande d’avoir un pneu type Schwalbe Marathon à l’arrière pour s’éviter au maximum le risque de crevaison. Autre désavantage : certains croient que j’ai une vélo électrique et que je suis un gros faignant, ce qui n’est pas le cas :-D

    1. J’assume, j’aurais un vélo de fainéant pour ma part :-)
      Pour la tension, j’avais vu une vidéo où ils démontaient / remontaient une roue en quelques secondes sans avoir besoin de retoucher à la tension. J’imagine que ça doit dépendre de comment est fait le cadre (et du coup, il faudra faire attention). Merci

  3. Le coup du cambouis sur le pantalon, avec les protections actuelles sur les chaînes, ce n’est plus vraiment d’actualité. Il y a longtemps que je ne tâche plus le mien ainsi, je le verrais :-)
    Les seules tâches qui restent possibles sont plutôt celle faites lorsqu’on doit toucher la chaîne pour la remonter (perso j’arrive à le faire sans me salir), enlever la roue, transporter le vélo sans faire trop attention.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

À propos de ce site, du contenu, de l'auteur
Je poste parfois ici des humeurs ou des pensées. Parfois je change, parfois je me trompe, parfois j'apprends, et souvent le contexte lui-même évolue avec le temps. Les contenus ne sont représentatifs que de l'instant où ils ont été écrits. J'efface peu les contenus de ce site, merci de prendre du recul quand les textes sont anciens. Merci

À toutes fins utiles, ce site est hébergé par Scaleway, ONLINE SAS, joignable par téléphone au +33 (0)1 84 13 00 00 et joignable par courrier à l'adresse BP 438 - 75366 Paris Cedex 08.