Des cher­cheurs piratent à distance un robot de chirur­gie


Une équipe de cher­cheurs de l’uni­ver­sité de Washing­ton est parve­nue à pira­ter un robot de chirur­gie télé­com­mandé à distance en exploi­tant plusieurs failles de sécu­rité, notam­ment via la connexion Inter­net qui relie le prati­cien au robot. S’il faut évidem­ment renfor­cer la protec­tion du système, les solu­tions tech­niques exis­tantes ne sont pas forcé­ment compa­tibles avec les besoins de la chirur­gie robo­tique télé­opé­rée.

— Futura Sciences

Le problème c’est que ça ne surpren­dra aucun infor­ma­ti­cien. C’est même quasi­ment une certi­tude pour tous ceux là.

Et ça me fait peur que le corps médi­cal puisse décou­vrir ça, ou que ce type de service ne soit pas sur des liai­sons spécia­li­sées, distinctes d’In­ter­net.

À l’heure où les États-Unis créent des virus infor­ma­tiques pour impac­ter à distance le programme nucléaire de l’Iran, je n’ose penser à l’arme que ces robots hospi­ta­liers peuvent deve­nir.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.