Dépôt légal numé­rique


oui le dépôt légal du livre numé­rique est envi­sagé (tech­nique­ment), mais finan­ciè­re­ment on ne pourra pas suivre

Foutaises.

De ce que j’en vois, numé­rique ou non, il y a des coûts de logis­tique (récu­pé­rer les livres et les données atta­chées), de trai­te­ment (essen­tiel­le­ment le clas­se­ment, les méta­don­nées, les véri­fi­ca­tions, l’ac­cès, etc.), et de sauve­garde (entre autres le stockage).

Le numé­rique coûte moins cher

La logis­tique et le stockage coûtent infi­ni­ment moins cher pour le numé­rique que pour le papier. Le stockage est presque négli­geable sur le budget de la BNF. Oh, il faut initia­li­ser des liens et des espaces qui n’existent pas encore, mais si c’est un vrai boulot qui n’est pas gratuit, c’est quand même virtuel­le­ment négli­geable aussi. Le trai­te­ment n’est lui pas négli­geable, mais je ne vois aucune raison pour laquelle il serait signi­fi­ca­ti­ve­ment plus cher en numé­rique qu’en papier.

On me donne 5 000 par To et par an tout compris (y compris verse­ment, accès, trai­re­ment…). 300 000 titres à 50 Mo en moyenne (soit deux fois le nombres de titres de l’édi­tion clas­sique, avec un poids moyen auquel je rajoute presque un zéro), ça donne 15 To. Soit 75 K€ par an. Abor­dable, surtout face au coût de stockage de 300 000 titres papier en plusieurs exem­plaires. Je serai *très* étonné qu’il ne faille pas rajou­ter un ou deux zéros pour le papier.

Factuel­le­ment le numé­rique coûte certai­ne­ment moins cher, donc à budget iden­tique on peut gérer le dépôt légal de bien plus d’ou­vrages en numé­rique qu’en papier.

Ques­tion de choix

Le problème n’est pas et n’a jamais été que le dépôt légal des livres numé­rique ne puisse être fait finan­ciè­re­ment. Le problème est, éven­tuel­le­ment, que le budget ne permet pas de gérer le dépôt légal de l’en­semble des livres (numé­riques + papier) au niveau de trai­te­ment actuel.

Il faut donc soit augmen­ter le budget (un peu), soit dimi­nuer le niveau de pres­ta­tion, soit ne pas trai­ter tous les titres.

Le reste, c’est à dire consi­dé­rer que la gestion des livres papier est plus impor­tante, qu’on peut sacri­fier le dépôt légal des titres numé­riques en regard du trai­te­ment papier, ce n’est *pas* une ques­tion de finances. C’est un choix poli­tique : manque d’or­ga­ni­sa­tion, manque d’ini­tia­tive, résis­tance au chan­ge­ment ou déva­lo­ri­sa­tion du numé­rique face au papier.

Pour l’ins­tant c’est encore tenable car l’es­sen­tiel de l’édi­tion est fait aussi sur papier. Au pire ça veut dire privi­lé­gier le support papier d’un livre dispo­nible sur les deux supports. Ça coûte plus cher (donc permet d’en gérer moins à budget iden­tique) et ça handi­cape les usages futurs (sauf à numé­ri­ser le papier après coup, et on a vu que c’est hors de prix), mais c’est encore tenable. Ça le sera de moins en moins.

Bien entendu je me contente ici de parler livre.  Je suis certain que la BNF entend aussi sauve­gar­der « le web » et tout contenu numé­rique quand elle parle de dépôt légal. Là oui c’est un budget d’un autre ordre. Mais ça n’em­pêche pas de gérer le livre. On peut même imagi­ner qu’un livre sur les deux supports ne soit déposé que en numé­rique (prio­rité au numé­rique sur le papier) afin de libé­rer des finances pour d’autres docu­ments ?

En fait c’est plus l’ar­gu­ment cité en haut de billet mettant la ques­tion du numé­rique sur le dos du budget qui me met en colère. C’est facile mais taper à côté du problème. En pratique à ma connais­sance les epub et pdf des éditeurs sont déjà récu­pé­rés par la BNF.


Une réponse à “Dépôt légal numé­rique”

  1. On peut même envisager de permettre un dépot volontaire de certains sites Web.

    En revanche si la BNF veut archiver le Web français à la manière de Web.archive.org (ce qu’ils font déjà en partie), cela diminue les coûts de classement mais augmente les coûts de stockage. D’autre part les logiciels (archive.org) sont déjà disponibles. Mais je ne comprends pas pourquoi cela s’appelle dépot légal, peut-être un terme technique que je ne comprends pas.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.