Courbe de Frig­git


Inté­res­sante à plus d’un titre cette courbe. Déjà pour voir le niveau anor­mal de l’im­mo­bi­lier aujourd’­hui. Ce n’est pas tenable, pas ainsi.

Les tenta­tives d’aides et soutien à l’im­mo­bi­lier pour éviter que la courbe ne s’ef­fondre – ce qui pose­rait de sérieux problèmes aux jeunes proprié­taires, moi le premier – sont dange­reuses pour notre avenir et illé­gi­times. Nous ne faisons que main­te­nir et renfor­cer une bulle.

Mais surtout, on voit aussi – oui, c’est mon sujet du moment – un conflit de géné­ra­tion. Ceux qui ont profité d’un achat peu cher, parfois même avec un taux d’in­té­rêt plus faible que l’in­fla­tion, et qui s’en­ri­chissent sans raison sur la géné­ra­tion suivante. Mais aussi ceux, plus récents, qui sont partis avec une très grosse mise gagnée ou (souvent) héri­tée, qui ont pu ache­ter après le début de la montée, et qui ne comprennent pas pourquoi ils devraient perdre ce qu’ils ont investi.

Il reste qu’aujourd’­hui, ache­ter dans certaines régions n’est possible que via un héri­tage ou en reven­dant un bien précé­dent acheté à la bonne période. Impen­sable à Paris d’ache­ter avec son seul revenu, même si ce revenu est dans les 10% les plus élevés en France.

— Courbe tirée d’une page plus complète sur le tunnel de Frig­git


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.