Comp­ta­bi­li­ser le vote blanc… mais pas plus


Encore une péti­tion pour la comp­ta­bi­li­sa­tion du vote blanc. Je ne comprends toujours pas. L’idée de départ est sédui­sante mais dès qu’on fouille…

Il faudrait comp­ta­bi­li­ser le vote blanc !

Il l’est. Au dépouille­ment chacun pourra le consta­ter. On décompte aussi préci­sé­ment les votes blancs que les autres votes, avec un compte séparé, public, publié, au vote près.

Ok, mais comme il n’y a pas de bulle­tin blanc, on ne peut pas voter blanc !

On peut mettre son propre papier blanc, mais surtout on peut mettre une enve­loppe vide. Une enve­loppe vide est un vote blanc, compté comme tel. Sur les ordi­na­teurs de vote (il en reste malheu­reu­se­ment), le vote blanc fait expli­ci­te­ment partie des choix propo­sés.

Ok, ils sont comp­ta­bi­li­sés, on peut voter blanc, mais à la TV ils présentent des pour­cen­tages sans les votes blancs !

Oui, souvent, quoi qu’on voit passer de plus en plus de repré­sen­ta­tions pour mesu­rer l’abs­ten­tion. Le vote blanc est géné­ra­le­ment moins inté­res­sant car assez faible. S’il était de 10 % la TV en parle­rait certai­ne­ment plus.

Les chiffres sont publics, au vote près. Il est possible à chacun de faire une repré­sen­ta­tion incluant les blancs, ou l’abs­ten­tion, ou ce qu’on veut. J’en ai d’ailleurs vu plusieurs passer.

Toujours est-il que les chaines de TV sont libres et font bien les analyses avec les répar­ti­tions qu’elles souhaitent. Le problème n’est là ni dans le vote blanc ni dans sa comp­ta­bi­li­sa­tion.

Oui mais il ne fait pas partie des suffrages expri­més !

Il est dans les suffrages, comp­ta­bi­lisé. La notion de « suffrage exprimé » est juste une caté­go­ri­sa­tion arbi­traire qui veut dire « suffrages sans les blancs et les nuls ». Dire que ça n’in­clut pas les blancs, c’est une tauto­lo­gie. C’est un peu comme si on se plai­gnait que quelqu’un n’in­clut pas le PCF dans la répar­ti­tion des suffrages de droite.

Mais du coup il ne sert à rien dans l’élec­tion !

Oui. C’est même son rôle : Permettre à quelqu’un de ne pas s’ex­pri­mer (mais quand même aller voter, parce qu’on garan­tit le secret de ce choix de vote).

Si on veut s’ex­pri­mer, il y a des bulle­tins avec des choses expri­mées dessus (pas forcé­ment ce qu’on veut, mais ça c’est discuté plus bas)

Sauf qu’il exprime quelque chose, il devrait empê­cher l’élec­tion si [le blanc est majo­ri­taire] !

Ah ? Mais si un élec­teur vote blanc, pourquoi imagi­ner qu’il exprime forcé­ment une volonté de recom­men­cer l’élec­tion ?

Certains votent blanc par rejet du système lui-même, d’autres par rejet des choix propo­sés, d’autres parce qu’ils ne savent pas se déci­der, d’autres parce qu’ils n’ont pas d’avis, d’autres parce qu’ils ont un avis mais que plusieurs candi­dats leur vont, d’autres parce qu’ils ont une pres­sion sociale pour aller au bureau de vote mais n’ont pas envie de s’ex­pri­mer pour autant, d’au­tres…

Prêter une inten­tion unique et spéci­fique au vote blanc c’est le prendre pour un bulle­tin avec quelque chose de précis écrit dessus. Ce n’est pas le cas.

À dire vrai, si quelque chose devait relan­cer l’élec­tion, ce serait plutôt le décompte des votes nuls, soit parce qu’une majo­rité d’er­reurs de vote dénote un problème avec l’élec­tion, soit si on avait une majo­rité de votes expri­mant effec­ti­ve­ment quelque chose de commun même si ce n’est pas dans les choix propo­sés.

Il faut juste une élec­tion avec de nouveaux candi­dats, ceux là n’ont pas su créer une adhé­sion.

Outre le problème expli­cité dans le bloc précé­dent : Avec qui ? Qu’est-ce qui fait penser que ces nouveaux candi­dats auront plus d’adhé­sion ?

Les candi­dats de l’élec­tion sont ceux qui ont gagné les primaires, ou ont eu le soutien de groupes de grande taille, ou sont sortis comme les plus propices dans les sondages dans leur base élec­to­rales. Ce sont objec­ti­ve­ment les meilleurs possibles pour porter les diffé­rentes voix. Pas les seuls, mais objec­ti­ve­ment parmi les meilleurs. Recom­men­cer avec d’autres c’est recom­men­cer avec ceux qui n’at­tei­gnaient même pas ces jalons, qui sont objec­ti­ve­ment moins bons à rempor­ter l’élec­tion et obte­nir l’adhé­sion. Selon toutes proba­bi­li­tés, ils auraient eu des scores encore plus faibles. Ne parlons même pas des élec­teurs qui vote­ront blanc la seconde fois parce qu’ils préfé­raient les candi­dats du premier vote, ou parce qu’ils sont contre l’idée de recom­men­cer l’élec­tion.

Au bout d’un moment il y aura peut-être rési­gna­tion des élec­teurs à ne pas faire de rejet et à accep­ter un candi­dat, mais si c’est à la seconde ou à la troi­sième élec­tion, le candi­dat de ce moment là sera-t-il vrai­ment meilleur que celui qu’on aurait eu au premier tour et qui avait assez de soutien et d’adhé­sion pour se présen­ter à ce moment là ? Proba­ble­ment pas.

Mais on ne peut pas accep­ter l’élec­tion d’un candi­dat majo­ri­tai­re­ment rejeté !

Alors déjà on ne peut pas dire qu’il est majo­ri­tai­re­ment rejeté. Le blanc est loin d’être signi­fi­ca­tif aujourd’­hui, et même s’il l’était on ne sait toujours pas quelle propor­tion de ces blancs exprime un rejet. Juste­ment parce que ces votes sont… blancs.

Ensuite c’est vicié, surtout sur une élec­tion à deux tours. On trou­vera toujours une coali­tion majo­ri­taire pour empê­cher le favori de gagner. Ça ne veut pas dire que cette coali­tion dégage un avis majo­ri­taire pour quoi que ce soit.

Oui mais si on ne veut rien dans les choix propo­sés ?

Comme il y a des opinions très diverses dans la popu­la­tion, tout le monde ne peut pas être en phase avec le choix final et c’est normal.

La péti­tion actuelle en est une bonne illus­tra­tion. Elle tente de fédé­rer sur le mode « les résul­tats du second tour ne nous conviennent pas ». Soit, mais quand il y a 12 candi­dats au premier tour et 2 au second tour, c’est normal qu’une bonne partie des élec­teurs auraient préféré autre chose. Ça n’est pas une justi­fi­ca­tion pour bloquer le système.

Si on est mino­ri­taire, alors on prend son mal en patience, et on donne sa voix à celui qui se reproche le plus de ses opinions, même s’il en est très loin (ça sera toujours mieux que quelqu’un qui est encore plus loin). Vous pouvez aussi ne pas voter ou voter blanc, si pour vous le résul­tat ne change rien.

Si on appar­tient à un courant majo­ri­taire ou qui peut l’être, alors… on présente un candi­dat et on le fait arri­ver au second tour. Si c’est vrai­ment un courant majo­ri­taire, alors pourquoi ne pas le faire ? Les dates d’élec­tion sont connues à l’avance, il y a tout le temps de s’y prépa­rer.

On aurait pu gagner si on avait été au second tour mais on n’a pas su s’unir…

Le problème n’est alors pas le vote blanc et le recom­men­ce­ment de l’élec­tion mais le fonc­tion­ne­ment du scru­tin. Il y a de vraies initia­tives pour corri­ger le problème de la disper­sion des voix et du vote utile, dont la propo­si­tion d’uti­li­ser un scru­tin par vote majo­ri­taire.

Et si on veut vrai­ment tout chan­ger, renver­ser la caste au pouvoir ?

Réfor­miste ou révo­lu­tion­naire ?

Réfor­miste, vous vous fédé­rez et faites élire votre candi­dat qui chan­gera tout, via les méca­nismes prévus pour chan­ger le système lui-même.

Révo­lu­tion­naire, ben il faudra faire la révo­lu­tion, d’une façon ou d’une autre. Faire un vote blanc, recom­men­cer l’élec­tion puis quand même élire le premier à la seconde itéra­tion de l’élec­tion, ça ne va pas trop faire un révo­lu­tion.


Et même avec tout ça, même si on comp­tait le vote blanc dans les suffrages expri­més, avec une propriété élimi­na­toire s’il arri­vait en tête, avec un blanc qui peine à atteindre 2 ou 5% aujourd’­hui, il est très discu­table d’ima­gi­ner qu’on ait réel­le­ment une majo­rité d’élec­teurs qui voudraient recom­men­cer avec d’autres candi­dats incon­nus, et qui préfé­re­raient ces nouveaux candi­dats. Rien ne le démontre aujourd’­hui, pas même un sondage. L’exemple de la Colom­bie, qui a ce vote blanc élimi­na­toire, ne pousse pas en ce sens.

Il faut peut-être juste accep­ter qu’on se trouve dans la mino­rité, et jouer le jeu de la démo­cra­tie même quand les déci­sions prises ne sont pas les notres.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.